Lancement d'un indice mesurant la performance de l'épargne financière des ménages

le
1
(NEWSManagers.com) -
La société Insead OEE Data Services, créée début 2011 à l'initiative de l'Insead et de l'Observatoire de l'Epargne européenne, a annoncé le 26 octobre le lancement du premier indice patrimonial, IODS Patrimonial, qui mesure la performance globale de l'épargne financière des ménages français.
" Il manquait un outil de benchmarking des performances des gérants de patrimoine, des fonds diversifiés et des fonds d'allocation" , a indiqué Didier Davydoff, directeur général de IODS et directeur de l'Observatoire de l'Epargne européenne, le 26 octobre à l'occasion de la présentation du nouvel indice.
L'indice comprend l'épargne bancaire, les actions cotées et non cotées, les obligations et les fonds d'investissement ainsi que l'assurance vie et les produits de retraite. Il prend en compte les commissions et frais payés qui viennent diminuer la performance du patrimoine des épargnants.
Didier Davydoff estime que la diversité de ses sources devrait permettre d'asseoir durablement la cohérence et la crédibilité du nouvel outil. Outre les données financières de la Banque de France, l'indice utilise les données de l'Insee, retraitées, sur les dividendes et les intérêts ainsi que les informations contenues dans les prospectus et les notices pour les informations sur les commissions. L'indice sera calculé, diffusé et analysé chaque trimestre dans un premier temps, puis chaque mois.
De fin 1995 à septembre 2012, la performance annuelle moyenne de l'indice a été de 3,9%, à mettre en regard avec un taux d'inflation moyen de 1,6% sur la même période. L'indice met en évidence l'alternance de performances positives et négatives. De ce fait, sa performance dépend du point d'entrée. Un capital investi début 2000 aurait affiché une performance annuelle moyenne de seulement 2,6% pour un taux d'inflation de 1,6%.
L'examen de la structure des placements entre 1995 et 2012 montre que la part de l'assurance vie a doublé sur la période, passant de 21% à 40%, que les OPCVM ont diminué de moitié (de 15% à 7%) et que les actions non cotées ont doublé, passant de 8% à 15%. Autre enseignement il est vrai déjà souvent relevé, les revenus de l'épargne, autrement dit les dividendes et les intérêts, sont plus importants que les plus-values sur longue période. Sur la période considérée, les revenus de l'épargne ont été 3,5 fois supérieurs à la somme des plus et moins-values.
Didier Davydoff espère dans un deuxième temps proposer un indice de performance plus complet intégrant l'immobilier avec l'aide de l'Insee et prenant en compte la fiscalité. La société se propose par la suite de lancer toute une gamme d'indices. Il est également prévu de répliquer l'indice dans les autres pays européens et de le décliner sur d'autres agents économiques, en priorité les assureurs et l'Etat.
La société, qui compte déjà une bonne vingtaine d'abonnés et un effectif de sept à huit personnes, espère atteindre l'équilibre d'exploitation dans deux ans à deux ans et demi. La majorité des abonnés est française mais la Goethe Universität de Francfort fait également partie des premiers abonnés étrangers.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xDamx le vendredi 2 nov 2012 à 10:42

    Bien bien d'avoir un indicateur, maintenant il faut l'exploiter correctement et mettre en œuvre les actions qui en découlent pour faire en sorte qu'il soit encore meilleur !