Lancement d'un comparateur public et gratuit de tarifs bancaires

le
0
Le comparateur de tarifs bancaires tarifs-bancaires.gouv.fr (Comité consultatif du secteur financier)
Le comparateur de tarifs bancaires tarifs-bancaires.gouv.fr (Comité consultatif du secteur financier)

(AFP) - Le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé lundi le lancement d'un site public et gratuit permettant de comparer les prix pratiqués par la quasi-totalité des établissements bancaires pour des opérations simples afin de favoriser la "bonne transparence" et la concurrence entre banques.

Annoncé en mai dernier, ce comparateur en ligne (www.tarifs-bancaires.gouv.fr), mis à jour toutes les semaines, doit répertorier les tarifs d'environ 150 établissements bancaires, soit plus de 98% du marché, précise un communiqué du ministère des Finances.

Il "permettra à tout le monde de comparer gratuitement les tarifs des services de base, comme les virements, les prélèvements ou les cartes bancaires afin de faire en sorte que la concurrence s’exerce dans de bonnes conditions", selon le ministre des Finances, Michel Sapin, cité dans le communiqué.

La consultation du comparateur est "totalement anonyme", les données "totalement homogènes, sans la volonté d'avantager qui que ce soit", a souligné le ministre lors de la présentation du comparateur à la presse, insistant sur "l'impartialité" du site.

Les tarifs bancaires des DOM seront également visibles sur le site, ceux des TOM le seront eux via un lien direct sur la page de l'Observatoire des tarifs bancaires de l'Institut d'émission d'Outre Mer (IEOM).

"C'est aussi mon rôle (de veiller) à ce que le consommateur soit bien informé sur les tarifs pratiqués en veillant à la bonne transparence et comparabilité des tarifs bancaires" afin qu'il "puisse facilement changer de banque si les prix ou les services ne lui conviennent pas", a-t-il expliqué.

Pour faciliter cette mobilité bancaire, une mesure de la loi Macron, adoptée en août 2015, "permettra au consommateur, dès le 7 février 2017, de changer d'établissement sans aucune démarche administrative en dehors d'un mandat qu'il devra donner à sa nouvelle banque", a-t-il ajouté.

Il incombera alors au nouvel établissement bancaire de "simplifier les choses, de changer les adresses pour ce qui est des prélèvements et des versements automatiques", ce service devant être "amélioré" et rester "totalement gratuit", a garanti le ministre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant