Lance Armstrong promet d'aller de l'avant avec Livestrong

le
0
LANCE ARMSTRONG PROMET D'ALLER DE L'AVANT AVEC LIVESTRONG
LANCE ARMSTRONG PROMET D'ALLER DE L'AVANT AVEC LIVESTRONG

AUSTIN, Texas (Reuters) - L'ancien cycliste Lance Armstrong est sorti du silence dans lequel il s'était muré depuis sa mise en cause par l'agence américaine antidopage lors du gala de l'association de lutte contre le cancer qu'il a créée et dont il a promis qu'elle lui survivrait.

"Cette mission est plus grande que moi - elle est plus grande que n'importe qui", a déclaré vendredi soir le septuple vainqueur du Tour de France, qui a démissionné cette semaine de la présidence de Livestrong après avoir été lâché par ses sponsors, dont l'équipementier Nike et le brasseur Anheuseur-Busch.

"On ne va pas se laisser abattre, on va aller de l'avant", a promis Lance Armstrong aux 1.500 personnes participant au dîner de gala à mille dollars par personne à Austin, dans son Texas natal, dont la chanteuse Norah Jones et les acteurs Sean Penn, Matthew McConaughey et Robin Williams.

L'ancien cycliste de 41 ans, qui devrait savoir lundi s'il est déchu de ses titres par l'Union cycliste internationale (UCI), a soigneusement évité ce sujet sensible.

"Je me suis senti mieux, mais je me suis aussi senti moins bien (...) Passons un bon moment ce soir", a-t-il éludé.

L'agence américaine antidopage (Usada) a rendu public la semaine dernière un rapport d'un millier de pages accablant pour Lance Armstrong, accusé d'avoir été au coeur du programme de dopage le plus élaboré de l'histoire du sport.

Elle l'avait suspendu à vie en août et annulé par la même occasion une grande partie de son palmarès, dont ses sept titres dans le Tour de France. L'UCI doit confirmer cette sanction ou la contester devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Lance Armstrong a fondé Livestrong en 1997 après avoir guéri d'un cancer des testicules. L'association dont il était jusqu'à cette semaine le président a récolté 33,8 millions de dollars de dons cette année, une somme en hausse de 2% par rapport à l'année dernière.

"Nous croyons à l'objectif (de Livestrong), pas forcément l'homme", a commenté Michael Parmet, un amateur de cyclisme originaire de Houston qui assistait au dîner.

"Mais il reste quand même le plus grand athlète de la génération dopage. Il n'a rien fait de plus qu'un autre."

Corrie MacLaggan, Tangi Salaün pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant