Lampedusa : le bilan du précédent naufrage passe à 359 morts

le
2
Lampedusa : le bilan du précédent naufrage passe à 359 morts
Lampedusa : le bilan du précédent naufrage passe à 359 morts

Alors qu'un nouveau drame vient de se produire vendredi soir, l'île de Lampedusa (Italie) compte encore les morts du précédent. Et le bilan ne cesse de s'alourdir. Ce sont désormais 359 victimes qui ont été enregistrées après le naufrage, le 3 octobre, d'un bateau de migrants majoritairement originaires d'Erythrée. Les plongeurs ont en effet encore ramené à la surface vingt corps ce samedi. Au final, seuls 155 personnes ont survécu sur les quelque 545 hommes, femmes et enfants de l'embarcation.

Dans la matinée, un navire militaire, le Cassiopea, est arrivé sur la petite île située au sud de la Sicile pour emmener 339 cercueils. C'est la pire tragédie de l'immigration en Italie depuis plus de 10 ans. Le chargement, effectué à l'aide d'une grue, a débuté dans l'après-midi et devrait s'effectuer en plusieurs fois. Les cercueils seront ensuite transportés à Porto Empedocle (Sicile). Une centaine de victimes pourraient être inhumées au cimetière d'Agrigente (Sicile), dont le maire a été sollicité par le préfet de l'île, et les autres dans les communes des alentours. Le chef du gouvernement italien Enrico Letta, a annoncé mercredi des funérailles nationales.

VIDEO. Un bateau de migrants africains fait naufrage à Lampedusa

22 000 migrants débarqués au sud de l'Italie cette année

Juste avant ce drame qui a fait plus de 350 victimes, un autre navire avait débarqué à Lampedusa avec à son bord 463 migrants, provenant apparemment de Syrie. Lundi dernier déjà, 13 immigrés, pour la plupart Erythréens, s'étaient noyés en tentant de rejoindre la côte près de Raguse (sud-est de l'île principale de Sicile) après avoir sauté ou avoir été jetés par des passeurs d'une embarcation transportant environ 200 migrants et réfugiés. Début août, un drame semblable s'était produit sur une plage de Catane (est de la Sicile) quand six Egyptiens s'étaient noyés en pensant être arrivés à terre, quand leur embarcation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M608962 le dimanche 13 oct 2013 à 09:18

    et on rajoute quelques femmes en ceintes (depuis la somalie )et quel ques gosses et Hop ,c'est joué ..............M608962 il y a une minute facile t'arrive en bateau , t'envoies un SOS par sate llite n, dés l'approche des se cours , tu coules le bateau et hop une nouvelle flopée de mus ulmans en europe ,les pôvres après ce qu'ils ont subit , on peut pas les renvoyer .....

  • M608962 le dimanche 13 oct 2013 à 09:18

    M608962 il y a une minute facile t'arrive en bateau , t'envoies un SOS par sate llite n, dés l'approche des se cours , tu coules le bateau et hop une nouvelle flopée de mus ulmans en europe ,les pôvres après ce qu'ils ont subit , on peut pas les renvoyer .....M608962 il y a 6 minutes à l'instant et en plus les mus ulmans de tous pays arrivent par pleins bateaux (bie