Lampedusa : Fabius veut un meilleur contrôle des frontières en Europe

le
0
Lampedusa : Fabius veut un meilleur contrôle des frontières en Europe
Lampedusa : Fabius veut un meilleur contrôle des frontières en Europe

«La Méditerranée ne peut pas rester un immense cimetière a ciel ouvert», s'est indigné Laurent Fabius dimanche matin, trois jours après le tragique naufrage d'un bateau de migrants africains au large de l'île italienne de Lampedusa (au sud de la péninsule), qui a fait environ 300 morts. Après le Premier minisre Jean-Marc Ayrault et le président de l'UMP Jean-François Copé, c'est au tour du chef de la diplomatie française de plaider pour une réforme de la législation européenne en matière de lutte contre l'immigration clandestine. Par ailleurs, le chef du gouvernement italien a annoncé dimanche que le président de la commission européenne, José Manuel Barroso, se rendra mercredi sur l'île.

Selon Laurent Fabius, qui s'exprimait lors du «Grand rendez-vous» I-Télé-Europe 1-Le Monde», «il faut absolument aider au développement de ces pays» dont sont issus les migrants d'Afrique qui traversent régulièrement la mer méditerranée en courant de nombreux dangers pour rejoindre l'Europe. En première ligne l'Erythrée et la Somalie, dont étaient originaires les clandestins qui ont fait naufrage jeudi dernier. «Il faut passer des accords avec eux», a-t-il insisté, rappelant que l'Espagne a déjà fait de même avec le Maroc et que seules de meilleures conditions de vie dans leur pays d'origine pourront dissuader les migrants de quitter leurs terres clandestinement.

Il faut être «extrêmement dur» avec les passeurs

Alors que les autorités italiennes viennent de reprendre leurs recherches pour tenter de retrouver les corps des défunts (seul 111 cadavres ont été repêchés), M. Fabius a appelé à instaurer un «meilleur contrôle» aux frontières des pays européens, regrettant que Frontex, l'agence européenne chargée de la sécurisation des frontières de l'U.E., ne soit «pas dimensionnée comme elle devrait l'être». «Il devrait y avoir des garde-côtes au niveau des pays du sud», a-t-il détaillé, ajoutant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant