Laisser passez l'orage : le report d'échéances d'un crédit immobilier

le
1

Un crédit immobilier pour un bien direct ou des parts de SCPI engage l'emprunteur sur une durée plus ou moins longue. Or, des événements imprévisibles peuvent intervenir au cours du prêt rendant du coup, le remboursement des mensualités difficiles. Une solution existe pour ne pas être défaillant : le report d'échéance.

Le report d'échéance n'est rien d'autre qu'une "pause" d'un ou plusieurs mois dans le remboursement d'un crédit immobilier en cours. Il permet de surseoir à des difficultés passagères et d'attendre que la situation s'améliore pour honorer sa dette. S'il est préférable de négocier cette option sous la forme d'un avenant au contrat de prêt afin d'obtenir des conditions plus avantageuses, il peut aussi être installé à tout moment.

2 possibilités s'offrent à l'emprunteur. Dans le report partiel, l'épargnant ne rembourse pas le capital mais continue de payer les intérêts et l’assurance de prêt. Pour un report total, il déboursera uniquement l'assurance du prêt tandis que les remboursements du capital et des intérêts seront suspendus.

Une fois les difficultés financières surmontées, le crédit pourra s'allonger sur autant de mois qu'il aura été reporté ou bien, les mensualités seront augmentées sans que la durée du prêt ne change. En tous cas, L’emprunteur sait à quoi il s'engage puisqu'il recevra un nouveau tableau d’amortissement précisant le montant et la durée de son prêt.

Un report d'échéance est en principe gratuit… sauf qu'il impacte le coût final du prêt car l'épargnant doit toujours payer au minimum l'assurance de son crédit.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • onclecub le jeudi 29 jan 2015 à 09:09

    "Laisser passez" Les journalistes sont des champions en langue française !