Laisse Zoua zoom zoom zen

le
0
Laisse Zoua zoom zoom zen
Laisse Zoua zoom zoom zen

Il aurait aimé en faire plus pour le Gazélec, marquer notamment plus de buts, mais il savait que cette saison allait être compliquée et qu'il pouvait se retrouver dans ce genre de situations. Pourtant, à l'approche d'un match décisif, pas de stress, jamais, chez Jacques Zoua.

Jacques n'a que 24 ans, mais il a déjà connu cinq championnats différents et parle comme s'il en avait déjà vu bien d'autres. À quelques instants de leur finale pour le maintien face à Lorient, il semble paradoxalement détendu. Entre sérénité et fatalité : "J'ai vraiment confiance, on va se donner à fond, on va tout faire pour se maintenir parce qu'on a encore une chance de se maintenir, mais toutes les cartes ne sont pas entre nos mains." Il a déjà vécu ça en Allemagne et il sait très bien qu'il vaut mieux ne pas trop s'en faire et se concentrer sur le plus important. Le football. Gagner face à Lorient. Prendre les trois points. Et voir après ce qu'a fait Toulouse. Bref, chaque chose en son temps : "Un mois après que je suis arrivé à Hambourg, les changements d'entraîneurs et de dirigeants à tout-va ont commencé. Le club a coulé entre autres parce que tout est allé très vite sans qu'on s'en rende compte. Les supporters en ont eu marre, forcément. Et on a écrit qu'ils cassaient des voitures, qu'ils m'avaient jeté des bières dessus, mais c'est faux. Et ça, parler de ce qui se passe en dehors du foot, ça contribue surtout à aggraver la mauvaise ambiance."

"Parfois, j'ai l'impression que quelqu'un m'en veut."


À l'écouter, Jacques ne tire toujours que du positif de ses mauvaises expériences : "J'ai grandi en Allemagne. À Bâle, j'ai connu la Ligue des champions, c'était stable, mais en Allemagne, j'ai grandi. Certes, sportivement, ce n'était pas l'idéal, j'ai connu au minimum trois ou quatre entraîneurs, mais j'ai appris à me battre, à ne pas perdre espoir et j'ai à chaque fois regagné ma place. Et puis j'ai surtout appris la rigueur là-bas." Même schéma quand il va tenter l'année suivante l'aventure turque, au Kayseri Erciyesspor : "J'y ai vraiment beaucoup appris, même si je n'ai pas été payé les quatre derniers mois. Du coup, je suis parti et je n'ai toujours pas été payé. Mais il n'y a pas que moi. La grande majorité de l'équipe était dans mon cas."

Stay focus.......#home#garoua#training#holiday#*JZ319* pic.twitter.com/0Rf40UU120

— Jacques Zoua (@Jacques_Zoua) [A…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant