Laïcité : «L'opinion veut davantage d'encadrement»

le
0
INTERVIEW - Philippe Portier, directeur du groupe sociétés, religions, laïcités au CNRS, la définition de la laïcité ne correspond plus aux évolutions de la société et de l'opinion.

LE FIGARO. - Après la loi de 2004, la question du voile se pose aujourd'hui à l'université et dans les entreprises. Mais il semble plus difficile de légiférer...

Philippe PORTIER. - Ces difficultés sont liées à la confrontation de notre définition de la laïcité, venue de la IIIe République, avec les évolutions de notre société et de l'opinion. Historiquement, la laïcité concerne l'espace public d'État: l'État se doit d'être laïque, au motif que les individus doivent être traités de manière équivalente par ses services. En dehors de cet espace, la neutralité n'a pas cours. Ainsi les propositions de lois visant en 1905 et 1911 à prohiber le port du costume ecclésiastique dans la rue n'ont-elles jamais abouti, la rue étant conçue comme u...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant