Laïcité : ce que peut l'école (et ce qu'elle ne peut pas...)

le
1
Najat Vallaud-Belkacem a présenté, mercredi, son plan (250 millions d'euros sur trois ans) pour la restauration des valeurs républicaines à l'école.
Najat Vallaud-Belkacem a présenté, mercredi, son plan (250 millions d'euros sur trois ans) pour la restauration des valeurs républicaines à l'école.

C'est dans une ambiance encore nimbée de "consensus" et d'"union nationale" que Najat Vallaud-Belkacem a présenté, mercredi, à la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation de l'Assemblée nationale son plan (250 millions d'euros sur trois ans) pour la restauration des valeurs républicaines à l'école. Plus de deux heures d'échanges avec les députés qui ont pu poser à la ministre 23 questions. La ministre de l'Éducation nationale joue une grande partie de sa crédibilité sur le déploiement de ce plan qui est apparu d'une urgence absolue après les attentats. Dans bon nombre d'établissements scolaires - le recensement exact n'est pas aisé -, les minutes de silence n'ont pas été respectées, révélant ainsi l'ampleur d'une crise laïque et républicaine au sein d'une partie de la jeunesse. Une crise en vérité latente depuis une bonne dizaine d'années, comme le soulignait déjà le rapport Obin de 2004 dont on lira à profit la page 32. Voici les principales mesures annoncées, et leurs limites... Former les enseignants La première idée : aider les enseignants à aborder avec les élèves des questions aussi pointues que la laïcité, les limites de la liberté d'expression ou encore l'histoire des religions, indépendamment du fait de croire ou non. Les enseignants seraient eux-mêmes formés par 1 000 personnes spécialisées dans ce domaine. Mais des voix sont apparues, chez les députés, pour dire qu'il ne fallait pas créer...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le jeudi 29 jan 2015 à 16:00

    pose photo!!!