Lagny-La mosquée, élément d'une filière djihadiste

le
0
    PARIS, 9 décembre (Reuters) - La mosquée de Lagny-sur-Marne 
(Seine-et-Marne), dont la fermeture la semaine dernière a été 
critiquée par certains, était "un élément structurant" d'une 
filière "pérennisée" de recrutement djihadiste vers la Syrie, a 
déclaré mercredi le Premier ministre Manuel Valls.  
    Les perquisitions dans cette mosquée, le 2 décembre dernier, 
ont permis de retrouver un pistolet 9 mm, des munitions, un 
disque dur dissimulé, des documents sur le djihad, plusieurs 
ordinateurs et une assurance vie souscrite en 2012, d'après les 
autorités.   
    Des perquisitions individuelles ont aussi été menées auprès 
de 10 personnes "participant directement à sa gestion ou à son 
organisation", a dit le Premier ministre.  
    "Les opérations ont permis de découvrir une structure 
scolaire totalement dissimulée, parfaitement illégale", a 
rappelé Manuel Valls lors des questions au gouvernement à 
l'Assemblée nationale. 
    "Mais au-delà de ce seul motif, des éléments établiss(ent) 
clairement que cette mosquée était un élément structurant d'une 
filière de recrutement djihadiste", a-t-il ajouté.  
    Dans cette filière, "on trouve un certain nombre de 
personnes dont un prêcheur de la haine faisant l'apologie du 
djihad et de la mort en martyr, et qui a joué un rôle majeur 
dans l'endoctrinement de personnes qui se sont par la suite 
portées volontaires pour le djihad en Syrie, aussi bien pour le 
compte de l'Etat islamique que du (Front) al Nosra", a ajouté le 
Premier ministre. 
    "De nombreux éléments démontrent que cette filière était 
pérennisée", a-t-il encore précisé.  
    Selon plusieurs médias, l'ancien président de la mosquée de 
Lagny-sur-Marne, connu pour ses prêches radicaux, a fui en 
Egypte en 2014 avec une dizaine de ses fidèles, et est accusé 
d'avoir joué un rôle dans l'endoctrinement et le recrutement de 
volontaires pour le djihad en Syrie. 
    "Nous allons poursuivre cette traque de cet islamisme 
radical, de ce salafisme qui corrompt une partie de notre 
jeunesse", a conclu Manuel Valls. 
 
 (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant