Lagarde en porte-à-faux dans l'affaire Tapie

le
0
D'après un document que s'est procuré Marianne , la procédure qui a permis à l'homme d'affaires d'empocher la somme de 220 millions d'euros dans le cadre de l'affaire qui l'opposait au Crédit Lyonnais n'est pas légale.

Christine Lagarde devrait avoir à se défendre dans les prochains jours. D'après un document que Marianne2.fr s'est procuré, la Cour des comptes a ouvert un recours qui remet en cause la procédure par laquelle Bernard Tapie a reçu quelque 220 millions d'euros de la part de l'État en septembre dernier, dans le cadre de l'affaires qui l'opposait au Crédit Lyonnais - alors banque publique - sur la vente d'Adidas en 1993.

Sur le site Internet du journal Marianne, le référé, scanné, est daté du 3 février 2011 et met en avant les «dysfonctionnements caractérisés sur le dossier Tapie/Adidas». Notamment, selon ce document, ce n'était pas à l'État - et donc aux contribuables français- de payer cette somme à l'homme d'affaires. Pour rappel, lors de cette affaire, un organisme public, baptisé CDR pour Consortium de réalisation, a été créé et chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais. L'Établissement public de financement et de restructuration (EPFR), qui chapeau

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant