LafargeHolcim-Résultats meilleurs que prévu, le titre grimpe

le
0
    * Ebitda ajusté du T2 en hausse de 6% à 1,71 mds de francs 
suisses 
    * LafargeHolcim confirme ses objectifs 2016 et 2018 
    * Eric Olsen table sur une poursuite de la hausse des prix 
au S2 
 
 (Actualisé avec précisions, commentaires, cours de Bourse) 
    par Michael Shields 
    ZURICH, 5 août (Reuters) - LafargeHolcim  LHN.S  a publié un 
bénéfice opérationnel meilleur que prévu pour le deuxième 
trimestre, grâce à des hausses de prix et des synergies, une 
annonce qui allège la pression qui s'exerce sur la direction 
pour réussir la fusion bouclée il y a un an entre les cimentiers 
suisse et français. 
    Le géant des matériaux de construction basé à Zurich a 
annoncé vendredi avant l'ouverture un bénéfice opérationnel 
avant intérêt, impôts, dépréciations et amortissement (Ebitda) 
de 1,71 milliard de francs suisses (1,58 milliard d'euros) 
d'avril à juin, en hausse de 6% sur une base comparable.  
    Ce résultat est supérieur aux estimations des analystes 
interrogés par Reuters, à 1,62 milliard de francs en moyenne. 
    Le groupe a confirmé son objectif "d'une forte croissance de 
son Ebitda opérationnel retraité sur une base comparable, au 
minimum à un chiffre" pour l'ensemble de l'année. Il a également 
confirmé ses objectifs pour 2018 annoncés en novembre 2015. 
    Vers 08h00 GMT, le titre s'adjuge 4,75%, plus forte hausse 
de l'indice CAC 40  ?FCHI  et de l'EuroFirst 300  .FTEU3 . 
    Après une baisse de 17% au premier trimestre, les analystes 
estimaient que le nouveau groupe devait publier des résultats au 
moins stables pour le deuxième trimestre s'il voulait espérer 
atteindre ses objectifs de l'année, qui sont ajustés des coûts 
de la fusion et des dépenses de restructuration. 
    "L'accent mis sur les prix et les synergies permet une 
amélioration visible de nos résultats, qui s'est traduite par 
une progression de 210 points de base de la marge 
opérationnelle", a déclaré Eric Olsen, directeur général de 
LafargeHolcim, dans un communiqué. 
     
    SOULAGEMENT 
    Son bénéfice opérationnel retraité aurait affiché une hausse 
de 13% si des pénuries de gaz provoquées par des attaques visant 
les gazoducs n'avaient pas affectés ses usines au Nigeria, 
a-t-il dit, ajoutant que le groupe réduisait leur dépendance au 
gaz. 
    LafargeHolcim a déjà dépassé son objectif de 3,5 milliards 
de francs suisses de désinvestissements sur toute l'année et a 
porté ce programme à cinq milliards de francs d'ici fin 2016. 
    Son chiffre d'affaires a reculé de 2,1% à 7,28 milliards de 
francs, alors que le consensus Reuters était à 7,64 milliards. 
    Ces résultats sont néanmoins un soulagement pour Eric Olsen 
et les investisseurs, qui ont vu le titre perdre 9% cette année 
en raison de la faiblesse des résultats, des inquiétudes sur 
l'évolution de ses principaux marchés en Europe et en Amérique 
latine et des doutes sur la capacité de cette fusion entre 
Lafarge et Holcim à dégager les synergies attendues. 
    "L'amélioration de l'Ebitda malgré un chiffre d'affaires 
décevant suggère que la société se concentre sur les hausses de 
prix plutôt que de défendre ses parts de marchés" dit l'analyste 
de ZKB Martin Huesler dans une note, ajoutant qu'une série de 
cessions rendait la lecture des résultats plus difficile. 
    Le groupe a augmenté ses prix et réduit ses coûts, ayant 
bénéficié de la baisse des cours du pétrole, ainsi que d'une 
demande soutenue dans certains pays comme les Philippines, le 
Mexique, les Etats-Unis, l'Algerie et le Liban. 
    Eric Olsen a dit que la demande globale sur les marchés du 
ciment devrait augmenter de 1% à 3% cette année, soit un point 
de moins que ce qu'il prévoyait auparavant, et prévoit une 
poursuite de la hausse des prix au deuxième semestre. 
    Le groupe a d'ores et déjà dégagé plus de 60% des 450 
millions de francs de synergies attendues de la fusion en 2016.  
    Son directeur général a dit qu'il était trop tôt pour juger 
de l'impact du vote du Royaume-Uni pour une sortie de l'Union 
européenne mais que LafargeHolcim tenait au marché britannique.  
 
 (Michael Shields, Juliette Rouillon pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant