Lafarge sous pression financière

le
0
L'agence Standard and Poor's relègue la note du premier cimentier mondial au rang de «junk bond».?

Fin février, l'agence de notation Standard & Poor's avait placé le premier cimentier mondial sous surveillance avec perspective négative. Ce jeudi, elle l'a relégué au rang d'émetteur spéculatif («junk bond»). Les raisons de cette rétrogradation : la marge brute d'autofinancement du groupe de matériaux de construction est trop faible : fin 2010, elle ne représentait que 15% de la dette nette alors que S&P exige un minimum de 20% pour être dans la catégorie «investissement», bien meilleure pour emprunter sur les marchés financiers.

En fait, chez Lafarge, l'endettement a bondi avec le rachat fin 2007 du cimentier égyptien Orascom, pour 8,8 milliards d'euros. La dette est alors passée de 8,7 milliards en 2007 à 16,9 milliards en 2008. Même si elle est redescendue aux alentours de 14 milliards l'année dernière, elle reste trop élevée. D'autant plus que la marge brute d'autofinancement n'a pas été au niveau attendu.

«Avec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant