Lafarge et Holcim listent des cessions en vue de leur fusion

le
0
LAFARGE ET HOLCIM LISTENT DES CESSIONS EN VUE DE LEUR FUSION
LAFARGE ET HOLCIM LISTENT DES CESSIONS EN VUE DE LEUR FUSION

PARIS (Reuters) - Lafarge et Holcim ont proposé lundi une liste de cessions d'actifs, dont la plupart des activités d'Holcim en France et les actifs de Lafarge en Allemagne et en Roumanie, afin de faciliter l'examen à Bruxelles du projet de fusion entre les deux géants du ciment.

"(Le) comité (de désinvestissements) a établi une liste d'actifs qui pourraient être désinvestis afin d'anticiper les demandes éventuelles des autorités de la concurrence", indiquent les deux groupes dans un communiqué.

Ils précisent qu'ils continueront à évaluer des cessions d'actifs supplémentaires en fonction des demandes des autorités de la concurrence. Les désinvestissements proposés ne seront réalisés que si la fusion entre Holcim et Lafarge est bien menée à son terme.

Lafarge et son concurrent suisse ont annoncé début avril un projet de fusion affichant une capitalisation boursière cumulée de près de 41 milliards d'euros qui pourrait entraîner une vague de consolidation dans un secteur des matériaux de construction confronté à des surcapacités et une faible demande en Europe.

Pour obtenir le feu vert du régulateur, l'opération doit s'accompagner d'importantes cessions d'actifs, pour les deux tiers en Europe, représentant un chiffre d'affaires cumulé de cinq milliards d'euros pour les deux groupes.

Lafarge et Holcim ont répété lundi qu'ils espéraient boucler leur rapprochement d'ici la fin du premier semestre 2015.

Les deux groupes assurent depuis le début du processus que leur projet n'entraînera pas de suppression d'emplois sur leurs sites industriels. Lafarge tient lundi après-midi un comité de groupe européen avec ses syndicats.

En France, les actifs d'Holcim sont surtout situés dans la moitié nord de l'Hexagone, et le projet de cession les concerne tous à l'exception de la cimenterie d'Altkirch et des sites de béton et granulats du groupe suisse dans le Haut-Rhin.

Les actifs de Lafarge à La Réunion devraient également être cédés, à l'exception de la participation du groupe dans Ciments de Bourbon. Dans le reste de l'Europe, Lafarge devrait vendre les actifs de sa JV britannique Lafarge Tarmac à l'exception d'une cimenterie. Plusieurs désinvestissements sont également proposés au Canada, à l'Ile Maurice et au Brésil.

(Gilles Guillaume, édité par Gwénaëlle Barzic)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant