Lafarge : en forte baisse, pénalisée par le dossier Holcim

le
5

Le paysage s'assombrit pour Lafarge, qui pâtit d'un rebondissement dans le dossier de fusion avec le cimentier suisse Holcim.
Le paysage s'assombrit pour Lafarge, qui pâtit d'un rebondissement dans le dossier de fusion avec le cimentier suisse Holcim.

Lafarge (CAC40) s'affiche en baisse marquée lundi 16 mars alors que la fusion avec le cimentier suisse Holcim semble plus difficile que prévu.

Depuis avril 2014, Lafarge et Holcim ont engagé un dossier de fusion « entre égaux » dont le but serait de créer un géant européen du ciment et du BTP. Toutefois, les négociations, qui ne sont pas terminées, viennent de prendre une mauvaise tournure en ce début de semaine.

Holcim rejette les termes de l'accord

« Le cimentier suisse Holcim a engagé une épreuve de force avec Lafarge en remettant en cause les termes de la fusion entre égaux, exigeant une révision de la parité et de la gouvernance qui pourrait laisser le PDG français Bruno Lafont sur la touche », expliquait l'AFP en matinée.

En cause : Holcim se considérerait pénalisée par le projet de fusion décidé en avril dernier, notamment à cause du « principe de parité des actions » ayant été décidé à cette date. L'accord prévoyait en effet qu'au moment de la fusion, les actionnaires de Lafarge reçoivent une action Holcim en échange de chaque action Lafarge détenue. Or, les résultats du cimentier suisse ont été meilleurs que ceux du cimentier français lors des derniers mois ; les termes du précédent accord seraient ainsi moins intéressants pour Holcim.

La volte-face est même complète : le cimentier suisse souhaiterait désormais changer le projet en profondeur, en achetant Lafarge au lieu de fusionner avec elle. Holcim profiterait ainsi de sa position de force pour s'imposer dans le processus de rapprochement.

L'annonce est une mauvaise nouvelle pour la direction de Lafarge alors que l'accord d'avril prévoyait que le nouveau conseil d'administration du groupe fusionné devrait accueillir sept membres en provenance de chacune des deux entreprises. Si le suisse Holcim impose ses conditions et procède au rachat, cette parité à parts égales serait très probablement remise en cause. « Le conseil d'administration de Lafarge a réagi immédiatement, dans un communiqué diffusé lundi, se disant "prêt à explorer la possibilité d'une révision de la parité en ligne avec les conditions de marchés récentes" », relevait l'AFP en matinée.

Baisse de Lafarge et de Holcim en Bourse

L'annonce, survenue avant l'ouverture des marchés, a pénalisé les deux groupes à l'ouverture des marchés.

Côté français, Lafarge a ouvert en baisse de 4,7% à 61,73 euros. L'action du groupe s'est stabilisée autour des 62 euros en cours de matinée, restant ainsi nettement dans le rouge.

Côté suisse, Holcim a également été pénalisée par les investisseurs, mais dans des proportions plus modérées. L'action du groupe a ouvert en baisse de 1,5% à 74,30 CHF, avant de se reprendre en cours de matinée, revenant même temporairement à l'équilibre vers 11h30 avant de se stabiliser en début d'après-midi sur une baisse de 1%.

X.Bargue


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5299935 le mardi 17 mar 2015 à 06:35

    Les salariés et les actionnaires n'ont rien à gagner avec cette fusion par échange d'actions .... Il faut immédiatement rompre les accords en cours ... Si Holcim est toujours intéressé par cette union, qu'il lance une OPEA et là il se rendra compte que ce rapprochement va lui coûter beaucoup plus cher !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • floalain le lundi 16 mar 2015 à 15:22

    Cette situation a été générée par le fait que la BNS a arrêté de maintenir le FS en-dessous de sa valeur réelle. Il paraît donc normal de revoir la parité de la transaction mais en aucun la gouvernance du futur groupe.

  • versail1 le lundi 16 mar 2015 à 15:15

    Si l'on pense à l'intérêt de la France , il serait bon de méditer les cas de Péchiney,Arcelor,Peugeot,Seita et autres...La faiblesse du capitalisme français va conduire inexorablement à ce type d'opérations dommageable pour le développement De l'économie française.

  • M6437502 le lundi 16 mar 2015 à 15:12

    Juger la valeur d'une affaire sur quelques mois,c'est tout simplement ridicule. Surtout que les chiffres sont en plus faussés par les mouvements du franc suisse. Lafarge ferait mieux de continuer sa route seul.Et comme le responsable de la rupture est incontestablement le suisse qui dénonce les accords passés,il faudrait lui demander des dommages pour frais et pertes résultant de la situation nouvelle.

  • versail1 le lundi 16 mar 2015 à 15:07

    Cette pseudo fusion était mal partie.Lafarge a plus de potentiel que Holcim et devrait retirer son offre!