Lafarge confirme ses objectifs de désendettement

le
0
BAISSE DU CA DE LAFARGE AU 3E TRIMESTRE
BAISSE DU CA DE LAFARGE AU 3E TRIMESTRE

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Lafarge a annoncé mercredi avoir ramené sa dette nette à 10,9 milliards d'euros à la fin du troisième trimestre grâce à ses cessions actifs et a confirmé ses objectifs pour 2013 et 2014.

Le groupe, qui entend toujours faire passer son endettement sous la barre des dix milliards à la fin de l'année, et sous neuf milliards l'an prochain, a réduit celui-ci de 11% environ d'une année sur l'autre et de 8% sur le seul trimestre.

Depuis le début 2012, le numéro un mondial du ciment, numéro deux des granulats et numéro quatre du béton a procédé en tout à 1,7 milliard d'euros de désinvestissements, notamment grâce à sa sortie complète du secteur du plâtre. Sa lourde dette, héritée de l'acquisition de l'égyptien Orascom en 2008, vaut actuellement au groupe une notation crédit "junk".

Pour le troisième trimestre, Lafarge a fait état d'une baisse de 4% à 4,24 milliards d'euros de son chiffre d'affaires et d'un recul de 6% à un milliard de son Ebitda, conséquence notamment d'un effet de change très négatif.

A périmètre et taux de change constants, tous deux ressortent en progression de 4% sur le trimestre, qui a été marqué par une hausse de 2% des volumes, leur première croissance depuis le premier trimestre 2012, soit depuis cinq trimestres.

Lafarge a ainsi confirmé sa prévision pour la demande mondiale de ciment en 2013, toujours attendue entre 0 et +3%. Le groupe avait abaissé fin juillet cette fourchette, fixée jusqu'ici à +1/+4%, après un deuxième trimestre pénalisé par la météo.

"Le groupe va pouvoir bénéficier grâce à son portefeuille d'actifs bien répartis (...) de la croissance dans les pays émergents (...) et de la reprise progressive dans les pays développés, confirmée aux Etats-Unis et peut-être en approche pour l'Europe", a déclaré le PDG Bruno Lafont au cours d'une téléconférence de presse.

Lafarge, qui entend poursuivre sa politique d'économies et de désinvestissements ciblés, s'est fixé pour nouvel objectif de dégager 1,1 milliard d'euros d'Ebitda additionnel en 2015-2016 grâce à 600 millions d'euros minimum de réductions de coûts et à ses actions en matière d'innovation.

L'action a clôturé mardi à 53,50 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de 15,3 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a pris près de 11%, après un bond de près de 78% en 2012.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant