Lactalis-Vers une mobilisation après l'échec des négociations

le
0
 (Actualisé avec appel à une mobilisation nationale et Le Foll) 
    PARIS, 27 août (Reuters) - Plusieurs syndicats agricoles ont 
appelé samedi à un mouvement d'action nationale à partir de 
lundi en soutien aux organisations de producteurs de lait après 
l'échec des négociations avec le géant Lactalis, a-t-on appris 
auprès des Jeunes agriculteurs (JA). 
    Ses modalités devraient être définies ce dimanche, a précisé 
Yohann Barbe, administrateur national des Jeunes agriculteurs 
chargé du dossier lait. 
    Les négociations sur le prix du lait qui avaient repris 
vendredi après-midi à la préfecture de Mayenne, à Laval, après 
leur échec la veille à Paris, ont à nouveau échoué vendredi 
soir.  
    "Ce qu'on veut, c'est mettre la pression sur Lactalis pour 
qu'il revienne à la table des négociations et accepte la 
proposition des organisations de producteurs", a dit à Reuters 
Yohann Barbe.  
    Des représentants des JA, de la Fédération nationale des 
syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et de la Fédération 
nationale des producteurs de lait (FNPL) ont pris cette décision 
à l'issue d'une réunion téléphonique samedi, a-t-il indiqué.  
    Entamé vendredi vers 18h00, le dernier cycle de négociations 
a été interrompu aux alentours de 23h00. Les responsables du 
groupe Lactalis n'ont pas fait de commentaire à l'issue de la 
réunion. 
    Pour Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, le 
géant laitier "porte toute la responsabilité de cet échec". 
    En marge d'un déplacement, le ministre de l'Agriculture, 
Stéphane Le Foll, a estimé samedi que Lactalis devait faire "un 
effort" pour "se mettre au niveau de tous les autres".  
    Le groupe a proposé aux producteurs vendredi après-midi un 
prix annuel de 269 euros les 1.000 litres, proposition refusée 
par les représentants des producteurs, d'après Christiane 
Lambert. A l'entrée des négociations mardi, les producteurs 
réclamaient quelque 290 euros par 1.000 litres sur l'année. 
    "Les valeurs qui nous guident ne sont pas celles d'Emmanuel 
Besnier (ndlr, héritier du groupe familial et président 
directeur général du numéro un mondial du lait). Lactalis veut 
faire mourir ses éleveurs", a dit sur son compte Twitter 
Philippe Jehan, président de la Fédération départementale des 
syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de la Mayenne.  
    Le tribunal de Laval, saisi vendredi par le groupe Lactalis, 
a tranché en faveur d'un rétablissement des accès au siège de 
l'entreprise à Laval où s'étaient rassemblés plusieurs centaines 
de manifestants.  
 
 (Sybille de la Hamaide et Pierre-Henri Allain, avec Julie 
Carriat et Chine Labbé; édité par Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant