Lactalis, le faux « ami » des éleveurs laitiers

le
0
Lactalis, le faux « ami » des éleveurs laitiers
Lactalis, le faux « ami » des éleveurs laitiers

En Bretagne, cette entreprise est partout. Son nom apparaît au détour des routes dans l'arrière-pays de Vannes (Morbihan), au coin des champs. Noir sur blanc sur une bâche en plastique. « Lactalis fait mourir les éleveurs ». Elle est aussi sur toutes les lèvres. « Avec Lactalis, les discussions sont vraiment difficiles », a martelé hier Xavier Beulin, le président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) à l'occasion d'un déplacement dans une ferme laitière endettée, un an après le mouvement des éleveurs qui avait bloqué la France entière.

 

« Lactalis, notre ami qui vend au monde entier la marque France mais achète le lait au prix mondial », a aussi attaqué, plus véhément, André Bonnard, responsable de la FNPL (Fédération nationale des producteurs laitiers).

 

Cet été, fini les blocages de ronds-points et d'autoroutes, les palettes et les pneus qui brûlent devant des supermarchés pour dénoncer les prix trop bas qui étouffent les producteurs. Seules quelques actions très ciblées visent depuis juillet, dans l'ouest du pays, des sites industriels. Tous, presque, appartiennent... au groupe Lactalis, propriétaire des marques Président, Lactel, la Laitière, et dont dépend aujourd'hui un éleveur sur cinq en France. Le leadeur mondial des produits laitiers transformés, basé à Laval (Mayenne), au chiffre d'affaires de 17,5 Mds€ qui emploie 75 000 personnes dans le monde achète actuellement le lait au prix le plus bas pratiqué en France, soit 25 centimes le litre (contre 30 centimes l'été dernier). L'influente multinationale, qui exporte dans le monde entier ses fromages pasteurisés, est partout, et pourtant elle ne veut être nulle part. Systématiquement, elle refuse de répondre à la presse — contacté hier, son porte-parole n'a pas souhaité s'exprimer — et son PDG, Emmanuel Besnier, 46 ans, est l'un des patrons les plus mystérieux de France. A tel point ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant