Lacazette sauve Lyon.

le
0
Lacazette sauve Lyon.
Lacazette sauve Lyon.

Evian a eu les occasions, Lyon la possession. Evian a mené, Lyon a gagné. Grâce à trois phases arrêtées différentes, les Gones échappent au piège savoyard dans les derniers instants et conservent donc leur troisième place.
ETG - Lyon
(2-3)

C. Barbosa (29'), C. Barbosa (66') pour Evian-Thonon-Gaillard , Y. Benzia (61'), A. Lacazette (82'), A. Lacazette (93') pour Lyon.


Adrien Thomasson est seul dans le rectangle, il reste deux minutes et le Haut-Savoyard n'a plus qu'à taper le ballon le plus loin possible pour marbrer ce bon point – quoiqu'un peu frustrant - de l'ETG face à Lyon. Problème : le ballon vient effleurer son bras, c'est pénalty, et Lacazette, en échec lors du derby, ne se fait pas prier pour faire passer les siens devant pour la première fois du match. Au meilleur moment. A défaut d'être extraordinaires, les Lyonnais sont à nouveau sur le podium. Et au fond, c'est tout ce qu'ils voulaient.
Lyon monopolise le ballon mais pas les occasions
Le match commence vraiment quand Sorlin étale toute sa roublardise pour caler le jeune Fekir, avant que Lacazette ne fasse son premier petit numéro dans le rectangle, sans que personne ne reprenne son centre Koné s'inspire ensuite de son capitaine pour choper Fekir, ça commence fort pour l'attaquant des Gones qui est mis au sol en moyenne toutes les 3-4 minutes. Mais les coup francs qu'il provoque n'amènent rien de bien intéressant. Ironie du sort, c'est sur phase arrêtée que le dénouement de la première période va se faire. Le vieillissant Malbranque se ramasse un jaune pour une faute aux 30-35 mètres. Suffisant pour que le papi Cédric Barbosa envoie le ballon en pleine lulu. Comme quoi, même avec un Daniel Wass forfait, les locaux peuvent claquer dans l'exercice. Evian passe devant malgré une possession frôlant les 30%. Dans un match haché au possible, les arrêts de jeu extrêmement fréquents empêchent les séquences intéressantes. Les Lyonnais ont bien la possession, mais c'est peu de dire qu'ils sont absolument inoffensifs pour le fébrile Hansen. Et ce sont même les locaux qui passent tout près du break après un raid incroyable de N'Sikulu dont le centre/frappe ne peut être repris par Sougou, avant que le Congolais ne se loupe une dernière fois devant Lopes. En...








ETG - Lyon
(2-3)

C. Barbosa (29'), C. Barbosa (66') pour Evian-Thonon-Gaillard , Y. Benzia (61'), A. Lacazette (82'), A. Lacazette (93') pour Lyon.


Adrien Thomasson est seul dans le rectangle, il reste deux minutes et le Haut-Savoyard n'a plus qu'à taper le ballon le plus loin possible pour marbrer ce bon point – quoiqu'un peu frustrant - de l'ETG face à Lyon. Problème : le ballon vient effleurer son bras, c'est pénalty, et Lacazette, en échec lors du derby, ne se fait pas prier pour faire passer les siens devant pour la première fois du match. Au meilleur moment. A défaut d'être extraordinaires, les Lyonnais sont à nouveau sur le podium. Et au fond, c'est tout ce qu'ils voulaient.
Lyon monopolise le ballon mais pas les occasions
Le match commence vraiment quand Sorlin étale toute sa roublardise pour caler le jeune Fekir, avant que Lacazette ne fasse son premier petit numéro dans le rectangle, sans que personne ne reprenne son centre Koné s'inspire ensuite de son capitaine pour choper Fekir, ça commence fort pour l'attaquant des Gones qui est mis au sol en moyenne toutes les 3-4 minutes. Mais les coup francs qu'il provoque n'amènent rien de bien intéressant. Ironie du sort, c'est sur phase arrêtée que le dénouement de la première période va se faire. Le vieillissant Malbranque se ramasse un jaune pour une faute aux 30-35 mètres. Suffisant pour que le papi Cédric Barbosa envoie le ballon en pleine lulu. Comme quoi, même avec un Daniel Wass forfait, les locaux peuvent claquer dans l'exercice. Evian passe devant malgré une possession frôlant les 30%. Dans un match haché au possible, les arrêts de jeu extrêmement fréquents empêchent les séquences intéressantes. Les Lyonnais ont bien la possession, mais c'est peu de dire qu'ils sont absolument inoffensifs pour le fébrile Hansen. Et ce sont même les locaux qui passent tout près du break après un raid incroyable de N'Sikulu dont le centre/frappe ne peut être repris par Sougou, avant que le Congolais ne se loupe une dernière fois devant Lopes. En...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant