Lacazette ne tire pas la sonnette d'alarme

le
0
Lacazette ne tire pas la sonnette d'alarme
Lacazette ne tire pas la sonnette d'alarme

Alexandre Lacazette, comment avez-vous vécu votre suspension ?Après avoir revu les images, j'ai vu que ce ne sont pas des cartons mérités, que les décisions de l'arbitre n'étaient pas justes (ndlr : face à Bordeaux). Je sais qu'il faudra que je fasse attention quand je défendrais à l'avenir. Mais ça ne va pas m'empêcher de jouer non plus.

Avez-vous l'impression d'être dans le collimateur des arbitres ?Je ne pense pas être un joueur dangereux ou méchant qui mérite d'être pris en grippe. Mais c'est vrai qu'avec ces deux cartons rapprochés, on va dire qu'ils m'ont dans le collimateur. Pour un attaquant, je pense que je défends beaucoup, que je montre beaucoup d'envie sur mes actions défensives et que les joueurs adverses en ont rajouté assez pour que les arbitres tombent dans le panneau.

Ces gestes traduisent-ils de la frustration liée aux résultats ?Si vraiment j'étais énervé, j'aurais touché mes adversaires à chaque fois que l'on m'a sifflé une faute. Sur les actions, on voit bien que je ne les ai pas touchés. Il n'y a ni frustration, ni énervement.

Que pensez-vous du nouveau système de jeu avec un seul attaquant de pointe ?Ça me plaît, j'ai pu y jouer à l'entraînement, mais aussi contre les Croates en Ligue Europa. Après, j'essaye de proposer dans la profondeur ou dans l'intervalle en fonction de qui est à mes côtés ou autour de moi.

« Je ne pense pas que l'on puisse faire pire »

Est-ce plus facile que d'être seul en attaque comme en début de saison ?Oui, parce qu'il y a plus de joueurs autour de moi et que l'on peut être complémentaires plus facilement. Et non, car quand c'est moi le vrai numéro 9, c'est moi que l'on cherche pour marquer, mais à deux attaquants, c'est plus utile pour le groupe.

Au vu de votre 14eme place au championnat, comment voyez-vous la suite de la saison ?On a toutes les raisons de croire que l'on peut remonter au classement. On a récupéré beaucoup de blessés dont beaucoup de cadres. Ce sont des joueurs de qualité et d'expérience qui connaissent le métier et qui ne peuvent qu'aider l'équipe à remonter. Après ces derniers mois qui n'étaient pas bons, on sait ce que l'on doit faire, et surtout ce que l'on ne doit pas faire. Je ne pense pas que l'on puisse faire pire que ce que l'on a fait jusqu'à présent.

Quel bilan faites-vous de votre début de saison ?J'ai pu être décisif auprès de l'équipe, et si le coach continue à me faire jouer, c'est qu'il est un minimum satisfait de moi. Je pense que j'ai des raisons d'être satisfait pour continuer comme ça et aider l'équipe

Est-ce que votre manque de réussite sur les derniers matchs peut vous faire perdre confiance ?Non, car j'ai marqué à Montpellier et ce n'est pas si loin que ça. C'est vrai que lors du dernier match, j'ai raté des occasions et que ça peut me faire réfléchir. Mais je sais pourquoi je les ai loupées, j'ai étudié et travaillé depuis. Il n'y a pas de raisons pour que je me mette à douter.

« Il y a une très grosse pression pour le joueur qui se retrouve devant la cage »

Est-ce que la situation du club met plus de pression sur vos épaules ?Quand on est devant le but, on a besoin de confiance et d'être bien dans l'équipe. En ce moment, on a tous envie de bien faire et forcément, on est moins naturel devant le but, ça se ressent, et c'est pour cela que l'on a moins d'efficacité. Il y a une très grosse pression pour le joueur qui se retrouve devant la cage. Même si ce n'est pas toujours facile, on doit faire abstraction de tout ça et se dire que c'est notre rôle d'aider l'équipe offensivement.

Après la défaite contre Monaco, on a entendu des joueurs dire « On s'en sort de mieux en mieux ». N'est-ce pas une sorte d'acceptation de la défaite ?On n'accepte pas la défaite. Nous sommes des compétiteurs et ça m'étonnerait qu'au sein de l'équipe, il y ait des joueurs qui acceptent la défaite.

Que pensez-vous de l'interdiction de déplacement des joueurs lyonnais pour le derby contre Saint-Etienne ?C'est nul ! Je ne sais pas qui a pris cette décision mais c'est nul. Pour un derby, il faut qu'il y ait les supporters des deux équipes que le match ait lieu à Lyon, ou à Saint-Etienne. Comme l'a dit le président, ça peut engendrer plus de problèmes de les empêcher de faire le déplacement.

« La taxe à 75% ? Je préfère ne pas me préoccuper de cela »

Cela peut-il être une motivation supplémentaire ?C'est sûr que ça donne encore plus d'envie de ramener les trois points, pour qu'à notre retour à Lyon, nos supporters soient fiers de nous. Ca donne une force en plus, mais on préférerait quand même qu'ils soient là pour que l'on puisse fêter ce match ensemble.

Les présidents de club menacent de faire grève le week-end prochain, que pensez-vous de cette situation ?Vu l'état du club en ce moment, je préfère ne pas me préoccuper de cela. Je ne dis pas que ça ne me concerne pas, mais je pense qu'il y a assez de personnes concernées et en capacité de discuter du sujet.

Avez-vous le sentiment que Lyon aspire encore la crainte chez ses adversaires ?On a la sensation que Lyon ne fait plus peur comme avant. Il y a quelques années, les clubs venaient ici pour obtenir un nul et ne pas prendre une valise. Maintenant ils viennent pour prendre les trois points. C'est à nous de leur montrer qu'il n'est pas si facile de voyager à Gerland.

Comment voyez-vous Guingamp, un promu qui étonne depuis le début de saison ?Pour un promu, c'est surprenant de les voir dans cette position. Mais s'ils sont là, c'est qu'ils le méritent et qu'ils ont travaillé. Il faudra les prendre au sérieux pour repartir avec les trois points.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant