Lacazette fait tout pour faire douter Deschamps

le
0

Impressionnant de réalisme depuis quelques semaines, Alexandre Lacazette est redevenu le buteur hors-pair qu’il était la saison dernière. Auteur de onze buts sur les douze dernières journées, l’attaquant de Lyon postule légitimement à une place dans les 23 pour l’Euro.

On l’avait presque oublié. Perdu dans un collectif lyonnais déchiré lors de la première partie de saison, Alexandre Lacazette est sorti de son réveil timidement dans les premières semaines de l’année. Puis à mesure que les résultats de l’OL se sont améliorés, le meilleur buteur du dernier championnat de France a pris confiance. Une confiance retrouvée qui l’a propulsé à nouveau sur le devant de la scène. Son poing rageur et ses effusions de joie avec ses partenaires sont redevenues des images courantes sur les pelouses de Ligue 1. Samedi après-midi, lors d’un match capital à Toulouse, il a marqué sur son seul tir dans les dix dernières minutes d’une rencontre qui semblait pourtant se refuser à lui. Son dix-huitième but cette saison, son onzième de la phase retour. Les onze ont même été inscrits lors des douze dernières journées.

Genesio : « Il est vraiment reboosté depuis janvier »

« Il est vraiment reboosté depuis janvier. Peu d’attaquants parviennent à réussir ce qu’il fait en ce moment », a récemment salué Bruno Genesio. Le nouvel entraîneur lyonnais n’est sans doute pas étranger à ce regain de forme. Les derniers mois de collaboration avec Hubert Fournier ont parfois été tendus quand l’international tricolore avait du mal à trouver le chemin des filets. Ses problèmes de dos sont derrière lui et depuis l’installation de Genesio sur le banc de l’OL, Lacazette n’a plus manqué un seul match. Sur le terrain, sa première partie de saison délicate avait été attribuée à l’absence de Nabil Fekir. Mais en réorganisant le onze lyonnais et en accordant sa confiance à Maxwell Cornet et Rachid Ghezzal, le nouvel entraineur des Gones a trouvé la solution idoine pour relancer son attaquant de pointe.

Une relation technique retrouvée avec Ferri, Tolisso et Ghezzal

« Actuellement, avec la vitesse et la percussion de Cornet et Ghezzal, il retrouve de la spontanéité. Il sait que ses deux partenaires vont le trouver dans l’axe et toujours avec une certaine vitesse, analysait Sidney Govou sur le site Olympique-et-Lyonnais récemment. C’est cette vitesse qui change tout pour l’attaque lyonnaise depuis quelques semaines et qui fait de nouveau mal à ses adversaires. » Sur les dix-huit buts inscrits par Lacazette cette saison, Ferri, Tolisso et Ghezzal sont effectivement à la passe de façon quasi-automatique. Très décevant sur la phase aller lui aussi, le premier brille à nouveau sous les ordres de Bruno Genesio. Et sa relation technique avec Lacazette ne s’en trouve que renforcée.

Une histoire compliquée avec les Bleus

Pourtant, la présence du Guadeloupéen à l’Euro est loin d’être évidente. Pas appelé en équipe de France depuis le mois d’octobre et un match amical contre le Danemark, l’attaquant lyonnais n’a jamais eu une histoire facile avec les Bleus. Hormis une présence continue lors de la saison 2014-15, son aventure en sélection n’est pas linéaire. A peine dix sélections et un but. Un bilan bien maigre pour un joueur qui porte l’attaque de l’OL depuis deux saisons. « L’absence de Karim peut lui donner une chance supplémentaire pour retrouver l’équipe de France », a lâché Bruno Genesio la semaine dernière. Jean-Michel Aulas jugerait lui « terriblement injuste » une absence de son attaquant dans la liste des 23 le mois prochain. Car à mesure que Lacazette prend confiance, Olivier Giroud s’enfonce dans le doute. Privé de but depuis le 13 janvier en Premier League, l’attaquant d’Arsenal ne fait pas l’unanimité auprès du public français.

Un duel avec Giroud… ou Gignac ?

Mais Didier Deschamps est pragmatique et cède rarement à la tentation. Difficile dans ce cas de figure de l’imaginer sortir Giroud de son groupe. Pour André-Pierre Gignac, c’est une autre histoire. Et c’est peut-être là que se situe la dernière carte à abattre pour Alexandre Lacazette. Ce qu’a bien compris Jean-Michel Aulas. Après la large victoire des Lyonnaises en demi-finale de la Ligue des Champions féminine dimanche, son président a fait la promotion de son attaquant en glissant un tacle à Gignac. « L'état d'esprit des Français qui jouent en France, et qui ont envie de démontrer sans être trop mercenaires trop tôt qu'on peut réussir dans une équipe de France qui joue l'Euro à domicile, peut être supérieur à l'opportunité de faire revenir d'Amérique du Sud ou d'ailleurs un certain nombre de joueurs. » Le lobbying pro-Lacazette a démarré entre Rhône et Saône. Mais le réveil est sans doute trop tardif.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant