Lacazette est fier de sa progression

le
0
Lacazette est fier de sa progression
Lacazette est fier de sa progression

Alexandre Lacazette, au vu de la configuration actuelle de l'effectif, pensez-vous pouvoir jouer en meneur de jeu comme cela s'est déjà fait ?Oui, je l'ai déjà fait contre Troyes sans problème. Je jouerai où le coach me demandera de jouer. C'est un poste que je connais, j'y suis un peu moins à l'aise que celui d'avant-centre et j'aurai donc un rôle différent que dans les autres matchs.Comment voyez-vous ce déplacement à Bordeaux ?Nous savons que ce ne sera pas facile. Après, on a nos armes et nous ferons tout pour revenir avec les trois points. C'est un match à aborder avec sérieux car il sera important pour la suite de la saison.Vous aviez fait un très bon mois de janvier avant de baisser un peu de rythme ces dernières semaines. Ce match est-il un moment charnière dans votre saison ?Tous les matchs seront des moments charnière. Nous savons que c'est un match important, il ne faut se laisser dépasser par les concurrents, ni perdre trop de points. Donc une victoire est quasiment obligatoire.Après le déplacement à Bordeaux, les réceptions de Monaco et Saint-Etienne, vous saurez où vous en êtes à la fin du mois de mars?On ne sait pas, on verra. Il y a aussi la Ligue Europa. C'est un mois intéressant avec de gros matchs en perspective.

« Quand je marque, je me sens utile à l'équipe »

Vous n'avez pas réussi à trouver le chemin des filets contre Montpellier. Etait-ce frustrant ?Oui vraiment, parce que je pense que nous avons dominé tout le match. Il y avait beaucoup d'envie et d'abnégation mais parfois, ça arrive. Les matchs où l'on domine mais que l'on ne gagne pas? J'étais surtout déçu de ne pas avoir gagné, beaucoup plus que de ne pas avoir marqué. Etes-vous obnubilé par le but désormais ?Je n'irai pas jusque là mais c'est vrai que j'aime marquer. Quand je marque, je me sens utile à l'équipe. Je pense que chaque joueur doit remplir son rôle et le mien est de marquer. Donc quand je ne marque pas, c'est que je n'ai pas fait le match idéal.  Vous en êtes à 18 buts toutes compétitions confondues. Avez-vous des objectifs ou prenez-vous les choses comme elles viennent ?Non, j'ai encore envie de marquer, je ne veux pas m'arrêter en si bon chemin. Je veux continuer à être utile et cela passe par le fait de marquer. Mais surtout que l'équipe gagne. J'ai un objectif mais je le garde pour moi.En quoi avez-vous le sentiment d'avoir progressé cette année ?Je pense que j'ai progressé un peu partout, dans la répétition des efforts, dans l'envie, dans le dernier geste? Beaucoup de joueurs formés à l'OL arrivent en pro et ne jouent pas à leur poste. Est-ce quelque chose de logique ? Oui, je pense que c'est normal parce qu'il y a souvent des joueurs présents à notre poste. Il faut souvent palier à des absences. De toute façon, en formation, on nous fait jouer un peu partout pour que l'on soit polyvalent et que l'on puisse jouer où on nous le demande. La semaine dernière, le président Aulas vous a déclaré intransférable et a même parlé d'une prolongation de contrat?Oui, j'ai entendu. Cela concerne le président et mon agent. Personnellement, je reste concentré sur la suite de la saison. On discute mais la partie contractuelle se passe entre le président et mon agent. Je suis ouvert aux propositions. C'est une fierté d'être considéré au sein du club, cela me donne des responsabilités, ça me fait plaisir et j'en suis fier.

« Il n'y a pas de raison que je parte »

Vous aviez envisagé la possibilité de faire toute votre carrière à l'OL. Est-ce toujours d'actualité ?Oui, ça l'est. Après, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Si je peux continuer à progresser et atteindre mes objectifs avec Lyon, il n'y a pas de raison que je parte. Tout est possible d'une année sur l'autre.Peut-on admettre qu'il y ait un risque de quitter trop tôt son club formateur ?Je pense mais il faut prendre des risques dans la vie. On ne sait jamais quand c'est le bon moment de partir, sauf quand on est parti. Si on veut partir, il faut le faire et en tirer des conclusions après.Concernant l'équipe de France, comment le sentez-vous en vue de la Coupe du Monde ?Depuis le début, je sais que je pars de loin. Le sélectionneur fait des choix et je ne peux que les respecter. Il y avait déjà des joueurs en place donc maintenant, j'attends mon tour. Je n'abandonne pas, c'est un bonus. Pour le moment, je suis concentré sur l'OL. C'est en faisant de bonnes performances avec mon club que je pourrai prétendre à l'équipe de France.Craignez-vous que le sélectionneur vous considère plus comme un avant-centre alors que votre place serait plus sur un côté ?Je ne sais pas, ça fait deux ou trois ans que je joue sur tous les postes de l'attaque donc je pense avoir prouvé ma polyvalence. Vous avez dû croiser Karim Benzema, plus jeune, Que pensez-vous de lui actuellement ? Est-ce un exemple pour vous ? Bien sûr, c'est un exemple. Karim sort du centre de formation de l'OL et joue dans un grand club et en équipe de France. En ce moment, il est au sommet, en grande forme et tout lui réussit. On espère que ce sera comme ça au moins jusqu'à la fin du Mondial.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant