Lac du Chambon : la montagne glisse mais ne s'effondre pas

le
5
Lac du Chambon : la montagne glisse mais ne s'effondre pas
Lac du Chambon : la montagne glisse mais ne s'effondre pas

Pas de tsunami en vue sur le lac du Chambon. Le préfet de l'Isère, Jean-Paul Bonnetain, a annoncé ce dimanche que le pan de montagne menaçant de s'effondrer dans le plan d'eau avait commencé à glisser depuis samedi, mais les autorités privilégient désormais plus un lent effritement qu'une «rupture brutale» de centaines de milliers de tonnes de roche dans l'eau.

De nombreux médias scrutent la montagne et le lac du Chambon depuis samedi 16h30, heure à laquelle l'alarme a retenti pour prévenir les riverains de l'imminence de l'effondrement, qui devait survenir dans les 3 heures suivantes.

Alors que l'effondrement se faisait désirer, surtout pour les riverains coincés dans la vallée, le préfet de l'Isère a toutefois dit espérer dimanche «un mouvement massif qui permettra d'appréhender très clairement les travaux à entreprendre pour rétablir la liaison qui fait cruellement défaut aux habitants, notamment pour aller au travail».

Une route coupée par le risque d'éboulement

«Les modèles confirment que la rupture est engagée depuis samedi 17 heures. Sous le hameau des Aymes, le décrochage est de 2 mètres par jour, c'est extrêmement actif. Au-delà de ce qu'on constate visuellement, la rupture est activée», a ajouté Jean-Paul Bonnetain qui s'est rendu sur place. De même, «des dégagements gazeux ont été relevés dans le lac du Chambon à 30 mètres de la rive, tout cela témoigne de l'activité soutenue de la falaise», a ajouté le préfet.

Les autorités locales ont évalué à 800 000 m³ le volume des rocs en suspension, en assurant que la vague provoquée par leur effondrement ne devrait pas affecter la structure du barrage en aval, construit au début des années 30. Les capteurs installés sur les roches instables — une masse de 200 mètres de longueur et 100 mètres de hauteur sur 65 mètres de profondeur — laissaient prévoir un effondrement ce weekend, ayant mesuré une accélération de leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 5 juil 2015 à 18:37

    La coupure de cette route a des conséquences économiques de première importance, la station des 2 Alpes est une station italienne....amusant, mais c'est ainsi, avec cette coupure, là aussi allez demander aux commerçants de combien chute leur CA...... Sans parler de Bourg d'Oisans qui devient un Khul de sac.

  • frk987 le dimanche 5 juil 2015 à 18:29

    Et pour occuper la censure : un peu plus bas voilà 30 ans qu'on attend le glissement de terrain prévu par Tazieff, que reste-t-il de ses os??? mais la montagne est là, bien là......

  • frk987 le dimanche 5 juil 2015 à 18:27

    Dire que la Grave ou Villard d'Arène sont coupés du monde, c'est pour attirer le touriste que vous censurez ?????? Demandez même aux commerçants de Briançon : 50% de perte de CA puisque tout ce qui vient de Grenoble est quasi impossible, certes, un détour de 150 km...par routes non racontables une paille.....

  • frk987 le dimanche 5 juil 2015 à 18:25

    Ce glissement de terrain, Messieurs les censeurs, n'est pas politique, je n'accuse pas FH d'être l'auteur....Par contre ne rien faire depuis le 10/04/15, ça frise la plaisanterie.

  • frk987 le dimanche 5 juil 2015 à 18:22

    Et pendant ce temps là on investit des milliards dans le tunnel Lyon-Turin alors qu'il suffirait de rentabiliser le tunnel du Fréjus.....qui voit passer de temps à autre un train de marchandises....