Lac du Chambon : l'état de catastrophe naturelle reconnu

le
0
Lac du Chambon : l'état de catastrophe naturelle reconnu
Lac du Chambon : l'état de catastrophe naturelle reconnu

C'est un soulagement pour les commerçants de La Grave, Le Monêtier-les-Bains et Villar d'Arène. L'état de catastrophe naturelle a été reconnu pour ces trois communes des Hautes-Alpes, isolées depuis plusieurs mois en raison d'un glissement de montagne au dessus du lac du Chambon (Isère). Les commerçants pénalisés vont donc désormais pouvoir faire jouer leurs assurances.

L'arrêté ministériel a été publié le 1er août au Journal officiel, soit une semaine après la visite de Manuel Valls à Mont-de-Lans (Isère). Le Premier ministre avait alors assuré que l'Etat serait «au rendez-vous» pour financer les travaux nécessaires à la réouverture de la route Grenoble-Briançon. «Les personnes intéressées disposent de dix jours à compter de la date de publication de cet arrêté pour déclarer le sinistre auprès de leur assureur», a annoncé lundi la préfecture des Hautes-Alpes dans un communiqué.

D'autres communes espèrent obtenir un arrêté

Concrètement, l'arrêté concerne les 15% de commerçants des trois communes bénéficiant d'une clause catastrophe naturelle dans leurs contrats d'assurance. Selon Philippe Raybaudi, porte-parole du collectif du Chambon qui regroupe 8 800 personnes, ils peuvent désormais faire valoir une perte d'activité pour sauver leur entreprise.

Le 29 juillet, le plus gros du glissement de terrain, qui avait débuté le 10 avril au-dessus du lac du Chambon, s'est finalement produit. La voûte du tunnel du Chambon s'est retrouvée affaiblie par le glissement et la RD 1091, axe majeur de circulation entre Grenoble et Briançon, est toujours fermée à la circulation avec de très lourdes conséquences pour les riverains de la vallée, qui se retrouvent isolés alors que beaucoup vivent du tourisme généré par le trafic routier.

«L'état de catastrophe naturelle est une première chose très importante. Cela permet de voir que l'Etat est conscient que c'est un problème très grave. C'est aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant