Labrune sort de son silence

le
0

Au lendemain du match nul de Marseille contre Bordeaux (0-0, 33eme journée de Ligue 1) et des incidents qui s’en sont suivis, Vincent Labrune a répondu aux questions de RMC. Le président de l’OM assure qu’il n’a pas peur.

Au lendemain du match nul de Marseille contre Bordeaux (0-0, 33eme journée de Ligue 1), la colère n’est pas retombée sur la Canebière. Dimanche soir, l’OM n’a pas réussi à s’imposer au Vélodrome, comme c’est le cas depuis sept mois, déclenchant le courroux de ses supporters. Après les banderoles et les insultes en tribunes, ceux-ci sont descendus au pied des salons du stade pour attendre Vincent Labrune. Protégé par les forces de l’ordre, celui-ci a été confiné dans son bureau et a entamé une partie de billard. La provocation de trop pour les supporters marseillais. Alors ce lundi soir, le président de l’OM a accepté de s’expliquer sur cette énième polémique auprès de RMC.

« Je comprends que le coup du billard soit mal perçu »

« Je comprends que, médiatiquement, le coup du tournoi de billard soit mal perçu, admet Labrune. Mais il faut se mettre à ma place. A ce moment-là, on est dans un état de stress, on vient de frôler l’émeute, des policiers de la BAC me protègent avec la main sur leur pistolet, tous nous ordonnent de rester confinés dans le salon jusqu’à au moins 2h du matin et j’ai avec moi une dizaine d’amis ou de collaborateurs. Alors, deux solutions : je cède à la panique ou je prends la situation au second degré pour envoyer un message de sérénité à mes équipes et leur dire : "Bah vous savez ce qu’on va faire ?! On va faire une partie de billard". » Celui qui est à la tête du club phocéen depuis 2011 est en position de faiblesse depuis une semaine et le maintien de Michel au poste d’entraîneur. Depuis plusieurs mois, le Vélodrome réclame sa démission d’une seule voix.

« Même Jean-Louis Triaud a halluciné »

Mais l’ancien homme de médias assure ne pas avoir peur. « On nous attaque, on nous menace, on nous insulte. Mais mon seul message, c’est que je n’ai pas peur ! Vous voulez quoi, que je me suicide ? Que je me tranche les veines ? On essaye de faire croire que je m’en fous ? Personne n’est à ma place et personne ne peut se rendre compte de ce que je vis à Marseille. Le mec qui se fait taguer sa maison, menacé de mort et insulté, c’est moi et personne d’autre. Et les menaces contre ma femme et ma famille, je ne peux pas les accepter. Même Jean-Louis Triaud, qui était à mes côtés, m’a dit : "Vincent, ce qu’ils te font là, c’est un scandale !" Il a halluciné. Mais je le répète, je n’ai pas peur », peste-t-il sur RMC ce lundi soir. Des explications qui ne devraient pas suffire à calmer la colère des fans marseillais.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant