Label Préférence Commerce : ici, les commerçants sont sympas

le
0
Label Préférence Commerce : ici, les commerçants sont sympas
Label Préférence Commerce : ici, les commerçants sont sympas

Le sigle, index et pouce joints en un OK, annonce la couleur aux clients : au marché couvert du Havre (Seine-Maritime), ils seront accueillis avec courtoisie. Lancé il y a deux ans par les chambres de commerce et d'industrie, le label, baptisé Préférence Commerce*, s'apprête à sourire à 1 000 boutiques à travers la France. Et Le Havre fait partie des villes pionnières.

« C'est vrai qu'ils ne sont pas forcément toujours accueillants, les commerçants », s'agace Alain, devant les terrines de saint-jacques du traiteur. « Chez le libraire, par exemple, j'ai souvent été très mal reçu, sans un bonjour ni un sourire, comme si les vendeurs étaient obligés d'être là. Mais on ne vient pas juste pour donner notre argent ! » regrette ce retraité, qui tient pourtant à remplir son panier dans les boutiques indépendantes plutôt qu'en grande surface, pour le rapport humain et la qualité. Une vraie carte à jouer pour le petit commerce. D'autant qu'à l'heure où on achète de plus en plus sur Internet, 96 % des clients estiment que le contact humain est important, selon le dernier baromètre de l'AFRC (Association française de la relation client.)

« Niveau accueil, on n'est pas au top en France », admet volontiers Frank, patron de l'Ambassade de Bretagne, qui a obtenu le label. « Comme tout le monde, le commerçant peut avoir mal dormi, mais il faut pas oublier que le client, ça ne le regarde pas ! » Manipulant à un rythme soutenu la machine à couper le jambon, il fait atterrir sur un papier une dizaine de tranches de saucisson en une parfaite rosace. « Ils nous attendent aussi sur ces détails : je ne présente pas en paquet. »

Visites de clients mystères

« Dites donc, ça s'est rafraîchi tout d'un coup ce matin, il fait pas chaud », devise devant les laitues une cliente aux cheveux blancs dont chaque remarque météorologique est ponctué du « bah, oui » bienveillant de la vendeuse. « On sert aussi de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant