Label Hernández

le
0
Label Hernández
Label Hernández

Sur le ring pour soulever le dernier ticket d'accession à la Premier League, Hull City affronte aujourd'hui Sheffield Wednesday à Wembley. Le tout avec un Steve Bruce toujours à la barre et un effectif expérimenté porté au sommet par le talent retrouvé de son buteur, Abel Hernández. Ou l'histoire d'un buteur rangé du monde de la fête.

Steve Bruce a toujours su de quoi il parlait. Lui-même se définit de la "vieille école", celle qui "n'aime pas Internet, Facebook et Twitter" et qui préfère s'installer tranquillement dans son salon pour "dévorer un bon bouquin". Sur le terrain, Bruce était aussi un homme convaincu par la simplicité, un adepte de la solidité dont il était la représentation aux côtés de Gary Pallister à Manchester United. Aujourd'hui encore, rien n'a changé. Son visage est toujours aussi dur, fermé, marqué et les convictions sont restées.

Derrière sa ligne, celui qui a toujours été un amoureux de Newcastle United est resté un homme attaché aux valeurs. Il a toujours appuyé là-dessus pour construire ses groupes et les emmener avec lui dans l'ascenseur. Avec Birmingham City en 2002 et en 2007 d'abord, puis avec Hull, déjà, en 2013, où il a décidé de rester pour s'imposer dans la durée malgré une relégation deux ans après la montée en Premier League. Steve Bruce s'est assagi, a compris les contours du métier d'entraîneur et est aujourd'hui à une marche de retrouver l'élite grâce en partie à un homme à qui il a réussi à injecter une confiance infinie : Abel Hernández.

La double dose


Il faut se rappeler de Hernández car longtemps, l'attaquant uruguayen a semblé courir derrière ses promesses. L'étiquette de son transfert qui affichait 12 millions d'euros en septembre 2014 lors de son arrivée au KC Stadium est d'ailleurs toujours un boulet lorsque l'on aborde son sujet.
"Un finisseur reste un finisseur. Tôt ou tard, on savait qu'il allait enfin répondre aux attentes une fois le prix de son transfert digéré."Steve Bruce
Le chèque était gros, la pression avec et Abel Hernández a longtemps peiné à assumer. Il y a eu une première saison compliquée en Premier League et donc, une deuxième, en Championship qui restera comme celle de l'éclosion de La Joya sur les pelouses anglaises : 21 buts en 41 matchs de championnat et un statut de leader enfin pris à coeur depuis le départ de Nikica Jelavić à West Ham. Cette saison, Bruce l'assume : Hull City doit en grande partie sa place en finale de Championship face à Sheffield Wednedsay à son buteur. "Un finisseur…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant