La zone euro traverse une "crise existentielle", selon Rompuy

le
0

ROME (Reuters) - La zone euro est confrontée à une "crise existentielle" qui doit être surmontée, a estimé vendredi le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, ajoutant qu'il ferait tout son possible pour préserver son intégrité.

Dans un discours prononcé à Florence, Herman Van Rompuy a estimé que la zone euro n'avait de force que celle de son maillon le plus faible et qu'il fallait mettre fin aux divergences économiques.

"Nous sommes au coeur d'une crise qui affecte le coeur (...) de l'Union européenne, de l'euro. Une crise existentielle, et nous avons l'intention de la surmonter", a-t-il déclaré.

Excluant une sortie de la zone euro des économies les plus affaiblies, le président du Conseil européen a dit que si une telle éventualité se produisait, cela mettrait en péril le fonctionnement du marché intérieur de l'Union européenne.

"Nous n'allons pas élaguer la zone euro pour en faire un club fermé", a-t-il expliqué. "Je ferai personnellement tout mon possible pour garder une zone euro à 17 et une Union européenne à 27".

Il faut au contraire renforcer l'union économique, a-t-il dit. "Nous ne pouvons pas avoir une monnaie commune, une politique monétaire commune et laisser tout le reste aux Etats concernés et c'est pourtant ce que nous avons vécu", a-t-il observé.

Il a ajouté qu'il proposerait qu'à l'avenir se tiennent des réunions des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro immédiatement après des sommets de l'Union européenne.

Van Rompuy a également appelé le parlement italien à approuver la série de mesures d'austérité auxquelles le Sénat a donné son feu vert en milieu de journée, jugeant que la mise en oeuvre de ces réformes permettrait au pays de regagner en crédibilité.

Gavin Jones, Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant