La zone euro solide, malgré les turbulences financières

le
2
La chute brutale des cours du pétrole a déstabilisé les marchés. Mais elle représente un dividende économique substantiel pour la zone euro. (© L. Venance / AFP)
La chute brutale des cours du pétrole a déstabilisé les marchés. Mais elle représente un dividende économique substantiel pour la zone euro. (© L. Venance / AFP)

La zone euro abordait 2016 dans un climat de relatif optimisme, mais l’ambian­ce a été plombée par la déprime boursière. Pourtant, les feux sont au vert dans l’Union économique et monétaire. En baisse continue depuis trois ans, le chômage est au plus bas niveau depuis début 2009, à 10,5% de la population active.

Bien qu’elle donne des tracas aux banquiers centraux, l’inflation – historiquement faible – soutient le pouvoir d’achat. Ces deux facteurs stimulent la consommation des ménages : la seule composante du PIB à avoir contribué à la croissance au cours de chacun des neuf derniers trimestres.

La profitabilité des entreprises se redresse

De son côté, la politique monétaire très accommodante de la BCE maintient les taux d’intérêt à très bas niveau. Conséquence : les conditions de financement et la distribution de crédits sont en amélioration constante en zone euro depuis un an. Comme la profitabilité des entreprises se redresse elle aussi – aidée par la faiblesse de l’euro et des coûts de l’énergie – c’est un terreau propice à la reprise de l’investissement qui se présente.

Mais le repli des marchés boursiers représente une menace pour ce fragile échafaudage : «Le regain de volatilité des marchés ces dernières semaines peut peser sur une partie du financement des entreprises (introduction en Bourse ou augmentation de capital)», rappellent les économistes d’Aurel

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. il y a 11 mois

    La zone euro est solide, la France sûrement pas!

  • tchazard il y a 11 mois

    les autres monnaies ont plongé plus que l 'euro donc il est encore fort . au dessus du $ il importe la deflation payé en $US