La zone euro en croissance en janvier, sauf en France

le
1
L?INDICE PMI COMPOSITE
L?INDICE PMI COMPOSITE

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - Le secteur privé de la zone euro a débuté 2014 sur un rythme plus élevé que prévu, avec pour seul point noir la France qui reste en contraction en janvier pour le troisième mois consécutif, selon l'enquête mensuelle de Markit publiée jeudi.

L'indice PMI composite, établi à partir des réponses de milliers d'entreprises de la zone euro et considéré comme un bon baromètre de l'activité, a atteint 53,2 dans sa version préliminaire de janvier contre 52,1 en décembre, dépassant le consensus établi par Reuters qui était de 52,4.

À son plus haut depuis la mi-2011, il s'inscrit ainsi pour le septième mois consécutif au-dessus de la barre de 50 à partir de laquelle il rend compte d'une croissance.

L'indice du secteur des services a progressé à 51,9 contre 51,0, à comparer à un consensus de 51,4, et celui du secteur manufacturier a atteint 53,9, un plus haut de 32 mois, contre 52,7 en décembre - dépassant les estimations des 39 économistes interrogés par Reuters.

"La reprise de l'Eurozone continue de s'intensifier en janvier. La hausse de l'indice PMI permet de miser sur une croissance du PIB de la région de l'ordre de 0,4% à 0,5% au premier trimestre", a déclaré Chris Williamson, chef économiste à Markit.

Une enquête Reuters publiée la semaine dernière donnait une prévision de croissance de 0,2% pour la zone euro sur les trois premiers mois de l'année.

L'ÉCART FRANCE-ALLEMAGNE TOUJOURS PRÉOCCUPANT

Pour autant, les indices préliminaires de Markit montrent que si la croissance accélère en Allemagne, à l'instar des pays dits de la périphérie, l'activité continue de se contracter en France, même à un rythme moindre et plus modéré que prévu.

"Tandis que l'Allemagne mène l'expansion de la zone euro, la France pourrait continuer à freiner la reprise de la région au cours des mois à venir", a noté Chris Williamson.

L'indice PMI composite de la France, repassé en novembre sous la barre de 50, est ressorti à 48,5 en janvier contre 47,3 en décembre. L'indice du secteur des services est remonté à 48,6 contre 47,8, et celui du secteur manufacturier à 48,8 contre 47,0, dépassant dans les deux cas le consensus établi par Reuters.

Pour Chris Williamson, les chefs d'entreprises français restent inquiets pour les mois à venir. "Ils s'inquiètent de la situation politique, du manque de réformes et des moyens par lesquels le gouvernement veut relancer l'économie", a-t-il dit à Reuters.

En Allemagne, l'indice Flash PMI composite a atteint 55,9 contre 55,0 en décembre, marquant un neuvième mois de croissance pour le secteur privé.

L'indice du secteur manufacturier a grimpé à un plus haut depuis mai 2011 de 56,3, contre 54,3 en décembre, alors que l'indice des services n'a que légèrement progressé à 53,6 contre 53,5.

Selon Chris Williamson, ces données laissent espérer une croissance de 0,6% ou 0,7% en Allemagne au premier trimestre, menée par le secteur manufacturier en plein essor.

"La croissance trimestrielle allemande devrait compenser l'état stationnaire de l'économie française", a-t-il relevé.

Même si elle s'intensifie, la reprise dans la zone euro reste fragile, note encore Markit. Les entreprises ont globalement continué de réduire leurs effectifs et les prix de vente ont encore baissé sous l'effet d'une demande toujours faible, alimentant les craintes de pressions déflationnistes.

Un point encourageant en revanche a été les entrées de commandes, en hausse pour le sixième mois d'affilée avec un sous-indice en progression à 52,2, égalant le plus haut de 30 mois atteint en décembre et de bon augure pour l'activité en février.

L'enquête de Markit a été réalisée à partir de données recueillies du 13 au 22 janvier. Les indices définitifs seront publiés le 3 février pour le secteur manufacturier et le 5 février pour les services et le composite.

Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tmf43 le jeudi 23 jan 2014 à 12:18

    Faut pas s'étonner, avec les pieds nickelés corrompus qui nous gouvernent depuis 40 ans, ça ne peut que continuer.