La zone euro attend le plan de la Grèce

le
7
L'EUROGROUPE ATTEND LE PLAN DE LA GRÈCE
L'EUROGROUPE ATTEND LE PLAN DE LA GRÈCE

LA HAYE (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro veulent apprendre mercredi prochain comment la Grèce entend devenir financièrement indépendante alors que le temps dont dispose le nouveau gouvernement pour avaliser le train de réformes accepté par le précédent est compté, a déclaré vendredi Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe.

En échange d'un plan d'aide de 240 milliards d'euros, la Grèce s'est imposée une drastique cure d'austérité ces quatre dernières années afin de remettre de l'ordre dans ses finances publiques et de regagner la confiance des marchés financiers.

Selon la plupart des responsables de la zone euro, ce processus n'est pas encore achevé.

Mais, il y a moins de deux semaines, le parti Syriza est arrivé au pouvoir, grâce, surtout, à la promesse de revenir sur les mesures d'austérité consenties par le gouvernement précédent en contrepartie du plan d'aide.

A Athènes, le Premier ministre Alexis Tsipras a ainsi réaffirmé dans la journée sa volonté de "mettre un point final" aux politiques d'austérité définies par l'Union européenne.

Un responsable gouvernemental a pour sa part déclaré que la Grèce ne voulait plus d'aide de l'UE et du Fonds monétaire international (FMI) et que le pays devait être autorisé à émettre davantage de titres de dette à court terme.

Lors d'un sommet organisé par Reuters, Jeroen Dijsselbloem a déclaré que la Grèce devait demander au plus tard le 16 février un prolongement de son plan d'aide, faute de quoi le pays risquait de perdre l'appui financier de la zone euro.

Le nouveau gouvernement grec, isolé lors de sa première réunion à haut niveau de la zone euro jeudi, aura l'occasion de défendre ses positions lors d'une réunion exceptionnelle des ministres des Finances de la région mercredi, a-t-on appris de sources de l'Union européenne vendredi.

"Nous entendrons mercredi de la part du nouveau gouvernement quelles sont ses ambitions, comment il veut aller de l'avant avec le programme en cours", a dit le président de l'Eurogroupe, l'instance qui réunit les ministres des Finances de la zone euro.

Il a ajouté que la fixation du 16 février comme date butoir s'expliquait par le fait que certains pays de la zone euro auront besoin du feu vert de leur parlement pour approuver, le cas échéant, un prolongement d'une demande d'aide.

"Quand nous avions fixé la date du 16 février (...) nous avions pris cela en compte. Le temps va sérieusement manquer si (la Grèce) ne demande pas un prolongement (d'ici là)", a poursuivi Jeroen Dijsselbloem.

En l'état actuel des choses, le programme d'aide à la Grèce expire le 28 février. Sans ce dispositif, le pays ne bénéficiera plus d'assistance financière du FMI et de la zone euro. Et l'espoir qu'il puisse se financer seul sur les marchés est mince.

(Jan Strupczewski et Toby Sterling, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr2611 le samedi 7 fév 2015 à 13:16

    ils n'en ont pas ils veulent simplement ne plus payer et continuer leur magouille

  • M415325 le samedi 7 fév 2015 à 07:35

    Vérifiez dans les bulletins de naissance qui sont publiés dans les villes , les noms et les prénoms des enfants c'est édifiant, j'ai pour ma part vérifié sur plusieurs mois et je n'ai pas besoin de lire certains auteurs que certains considèrent comme fachos, les chiffres parlent et cela ne sont pas trafiqué.

  • M415325 le samedi 7 fév 2015 à 07:30

    De toute façon 40 milliards ne croyez vous pas que nous pourrions économiser Hollande n'arrête pas de faire des dépenses pour des bout de chandelle. Vous allez voir vos impôts fonciers en septembre on va encore payer.Dans ma ville 50 pour cent des gens ne paient pas d'impôts alors qui paye ? Pas les trafiquants de cannabis encore moins ceux qui font de l'économie parallèle et qui reçoivent des allocations de toutes sortes, arrêtons de recevoir toute la misère du monde.

  • M415325 le samedi 7 fév 2015 à 07:25

    J'aimerai que la Grèce nous menace de sortir de l eu car ils n ont rien à perdre je ne supporte plus l'arrogance de Bruxelles qui n'a qu'une envie nous vendre aux USA.

  • M2286010 le samedi 7 fév 2015 à 07:14

    La doctrine socialiste/socialisante: nos dettes pèsent trop lourd, effacez les, vos contribuables paieront. De toute façon ceux qui paient des impôts sont riches ils peuvent payer plus...(Mitterand, Tsipras, Hollande, Aubry...dixit).

  • s.thual le samedi 7 fév 2015 à 00:55

    ben allez voir sur mappy ou via michelin ! de l argent qui echappe a l impot ne peut apporter de justice fiscale au profit de tous !meme le touriste qui accepte les paiement au noir se rendent complices ! mais quand il s agit du portefeuille ,,,,y a souvent plus de morale pour certains !

  • abertoni le vendredi 6 fév 2015 à 23:35

    EnGrece tout se paye au black.pas de carte bancaire au resto ou hôtel .