La zone euro adresse un ultimatum à Chypre

le
7
CHYPRE SOUS PRESSION
CHYPRE SOUS PRESSION

par Michele Kambas et Matt Robinson

NICOSIE/FRANCFORT (Reuters) - L'Union européenne donne à Chypre jusqu'à lundi pour trouver les quelques six milliards d'euros nécessaires pour compléter son plan de sauvetage, sous peine d'un effondrement de son système financier qui entraînerait sans doute son éviction de la zone euro.

Signe qu'il commence à se préparer au pire, le gouvernement chypriote a demandé au parlement de l'autoriser à instaurer un éventuel contrôle des mouvements de capitaux, qui pourrait lui permettre de freiner un exode des fonds déposés dans les banques du pays.

La Banque centrale européenne a en effet prévenu les dirigeants chypriotes que, faute de solution, elle cesserait dès le 25 mars de fournir des liquidités d'urgence aux établissements bancaires de l'île.

Au même moment, un haut responsable de l'UE a déclaré à Reuters que, faute d'accord sur une taxation des dépôts, Chypre devrait fermer purement et simplement ses banques les plus importantes et alors quitter la zone euro.

"Si le secteur financier s'effondre, alors le pays devra tout simplement subir une dévaluation très significative et, face à cette situation, il n'aura pas d'autre issue que celle d'avoir sa propre monnaie", a déclaré ce responsable.

Ce double coup de semonce de la BCE et de l'UE intervient alors que la classe dirigeante chypriote tente d'élaborer un nouveau plan pour réunir des fonds après l'échec d'un premier projet rejeté à une immense majorité par les parlementaires de l'île.

Les ministres des Finances des 16 autres pays de la zone euro ont appelé jeudi soir Nicosie à leur présenter une nouvelle proposition qui, a précisé le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, devra respecter "les paramètres définis auparavant".

Pratiquement au même moment, le gouvernement chypriote présentait au parlement un projet de création d'un "fonds de solidarité" qui rassemblerait des actifs publics, notamment les revenus futurs des réserves de gaz du pays. L'examen du texte a été reporté à vendredi.

Le président du parlement, Yiannakis Omirou, a souligné que l'instauration d'une taxe sur les dépôts bancaires non garantis n'était pas à l'ordre du jour.

Chypre, qui n'a plus accès aux marchés, a besoin d'une aide de 17 milliards d'euros et il était prévu que 5,8 milliards soient prélevés via une ponction exceptionnelle sur les dépôts bancaires, le reste des fonds étant apportés par l'UE et le FMI. Mais le parlement a rejeté massivement cette solution mardi.

Constatant le blocage de la situation, Standard & Poor's a dégradé une nouvelle fois jeudi la note souveraine de Chypre, ramenée à CCC.

BANK OF CYPRUS EN APPELLE À NICOSIE

A Nicosie, Bank of Cyprus, la principale banque de l'île, a lancé un appel au gouvernement pour qu'il s'entende au plus vite avec l'UE.

La banque centrale chypriote, de son côté, a démenti des rumeurs de faillite de la deuxième banque de l'île, Cyprus Popular Bank, puis annoncé peu après un "processus de résolution" pour consolider le secteur.

"En établissant ce cadre légal, des mesures de résolution seront imposées à Popular Bank de telle sorte qu'elle pourra continuer d'offrir des services bancaires à ses clients mardi prochain", a dit à la presse son gouverneur, reconnaissant ainsi la grave situation dans laquelle se trouve la banque.

Il n'a pas précisé la teneur de ces mesures mais a assuré que les dépôts bancaires jusqu'à 100.000 euros seraient protégés.

Déjà fermés lundi, mardi et mercredi, les établissements bancaires chypriotes garderont portes closes jusqu'à mardi, lundi étant férié à Chypre.

D'une téléconférence de représentants des ministères des Finances de la zone euro ont filtré des détails exposant la perplexité des partenaires de Chypre face au comportement de sa classe politique.

Selon des notes prises durant cette réunion et que Reuters a pu consulter, la question d'une sortie de Chypre a été ouvertement évoquée. L'absence de représentant chypriote a troublé plusieurs participants et reflété l'ampleur de la confusion régnant dans le dossier.

MOSCOU VEILLE AU GRAIN

A Moscou, le ministre des Finances chypriote, Michael Sarris, a dit négocier un éventuel accroissement des investissements russes dans les secteurs bancaire et énergétique du pays ainsi qu'une extension des maturités et une baisse des taux d'intérêt d'un prêt de 2,5 milliards d'euros consentis par la Russie.

L'implication du Kremlin, qui souhaite préserver l'intégrité des milliards d'euros d'avoirs russes à Chypre, complique encore le dossier.

La Russie, qui partage avec Chypre une forte culture orthodoxe, juge sévèrement le comportement de la zone euro. Son Premier ministre, Dmitri Medvedev, a comparé les propositions du bloc monétaire à des mesures confiscatoires dignes de l'époque soviétique.

Signe de la volonté de Moscou de mettre tout son poids dans la balance, Dmitri Medvedev a prévenu que la Russie pourrait réduire la part en euro de ses réserves de change, qui était de 42% au 1er janvier.

La deuxième banque russe, VTB, présente à Chypre via sa filiale Russian Commercial Bank, a démenti être intéressée par l'acquisition de banques chypriotes et a même menacé de se retirer de l'île si les dépôts venaient à être ponctionnés.

Avec Lidia Kelly à Moscou et Luke Baker à Bruxelles; Nicolas Delame et Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez et Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xulito55 le vendredi 22 mar 2013 à 00:30

    Quel pipeau! Le labo Chypriote qui a dit NON aurait dû etre le test du vol de nos economies. L'UE financera Chypre pour gagner du temps afin de trouver un somnifère pour les épargnants européens.Si Chypre quitter l'UE. Où nos élus planqueraient leur pognon? En Russie? Et si l'UE vole du fric des Russes via Chypre, bonjour le prix du gaz l'hiver prochain en UE (Poutine fermera les tuyaux de gaz). Je fais un reve : faillite des banques chypriotes et explosion de l'UE et de ses banksters.

  • M8725649 le jeudi 21 mar 2013 à 22:39

    espérons que les chypriotes arrivent à se défendre.

  • knbskin le jeudi 21 mar 2013 à 20:57

    Parce que, ren1596, les "petites îles" pourraient être un atout majeur de la France et de l'Europe dans le Pacifique, l'Océan Indien et l'Atlantique Ouest, à condition de cessser de les abreuver de subventions, et d'y injecter de la recherche, de la R&D et des entrepreneurs pour exploiter intelligemment leur ZEE. P.S. : je suis Corse, c'est le même problème ! ;)

  • M5005891 le jeudi 21 mar 2013 à 20:44

    Et bien que la RUSSIE face un don de 17Md€ à Chypre.La zone euros ne doit pas céder, cela reviendrai à donner notre argent aux banques et aux russes par ce biais.Que Chypre sorte de l'euros car pas digne, juste là pour des aides alors même que cette ile est un paradis fiscal, pas logique avec la zone euros.Donc dehors, et un euros moins fort sera bénéfique pour nos exportations.

  • rodde12 le jeudi 21 mar 2013 à 14:37

    Moralité; ne pas préter d'argent à une banque si elle ne paie pas d'intérets réels et si elle n'a pas de garanties. Vous aussi vous vous ferez faire les poches un de ces jours ; par les banques ou par l'état. Gardez vos billets dans un coffre et ne les prétez pas; A quoi cela vous servirait il?

  • rodde12 le jeudi 21 mar 2013 à 14:34

    Renplir le tonneau des danaides? Pourquoi faudrait il que Chypre vienne au secours de ses banques? pourquoi faudrait il que l'europe leur prète a nouveau de l'argent pour quelles remboursent leurs dettes? Nous savons bien qu'ils ne rembourseront pas et que des qu'il y aura un sou en caisse il sera pris. On ne peut que laisser aller la cessation des paiements et la faillite des banques concernées. Ce sera dur pour eux mais surtout pour nous car nous venons derrère.

  • M6744133 le jeudi 21 mar 2013 à 14:26

    La Russie ne perdra pas un cent d'euro ! l'UE paiera, et Chypre continuera son bonhomme de chemin comme son grand frère la GRECE qui a du la bieffer ! en lui disant, à Bruxelles ce sont tous des Cons, ne cède pas, ils paieront, et l'allemagne en premier qui tient à son euro fort... quant à la BCE de Draghi c'est un Binz pas possible ! Merkel est toute proche et veille au grain pour le faire taire immédiatement ! L'UE c'est du PIPI de Chat !

Partenaires Taux