La Wallonie rejette l'ultimatum de l'UE et du Canada sur le CETA

le
1
    BRUXELLES, 24 octobre (Reuters) - Le ministre-président de 
la région de Wallonie a déclaré lundi avant une réunion avec le 
Premier ministre belge à Bruxelles qu'il ne céderait pas à la 
pression du Canada et de l'Union européenne pour donner son aval 
à la signature de leur accord de libre-échange. 
    "A chaque fois qu'on essaie de poser un ultimatum, cela rend 
tout débat démocratique impossible", a souligné Paul Magnette à 
son arrivée à Bruxelles, quelques heures avant la date limite 
fixée par les dirigeants européens pour confirmer ou annuler la 
cérémonie de signature de l'accord CETA prévue jeudi. 
    "Nous n'avons pas besoin d'ultimatum", a dit le dirigeant 
wallon aux journalistes présents. "Nous ne prendrons aucune 
décision sous la pression." 
    Paul Magnette a répété que la Wallonie n'était pas opposée à 
l'accord de libre-échange avec le Canada, mais qu'elle insistait 
pour que ne soient pas remises en cause les normes sociales et 
environnementales et pour obtenir la garantie que les services 
publics seront préservés et qu'il n'y aura pas de mécanismes 
d'arbitrage privés. 
     
 
 (Robert-Jan Bartunek et Philip Blenkinsop; Tangi Salaün pour le 
service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a un mois

    Nos grand chefs européens ont l'air fin. A force de s'essuyer les pieds sur la volonté des peuples, il ne faut pas qu'ils s'étonnent de se faire tacler. Ils se consoleront en ne payant pas d'impôts.