La VW Golf 7 à l'essai: une efficacité discrète

le
0
La compacte allemande reste familière mais elle établit de nouvelles références en termes d'agrément et de sobriété.

La Golf est une «world car» vendue dans 32 pays, une véritable success-story qui dure depuis maintenant 38 ans et affiche déjà 29 millions d'exemplaires au compteur. A l'heure de concevoir sa septième génération, les ingénieurs auraient pu se contenter d'une simple évolution. Mais, Volkswagen a entrepris une révolution industrielle reposant sur le déploiement d'une toute nouvelle plateforme. D'ici 2018, elle servira de base à une quarantaine de modèles du groupe. La Golf 7 est l'une des premières à en bénéficier, avec l'Audi A3 et la Seat Leon. De fait, elle ne conserve pas un écrou de sa devancière.

Plus grande, moins lourde

La Golf effectue un pas de plus vers le premium où gravite sa cousine A3. La preuve avec une planche de bord aux matériaux raffinés, comme ces placages façon laque piano décorés d'inserts métalliques.
La Golf effectue un pas de plus vers le premium où gravite sa cousine A3. La preuve avec une planche de bord aux matériaux raffinés, comme ces placages façon laque piano décorés d'inserts métalliques.

La Golf effectue un pas de plus vers le premium où gravite sa cousine A3. La preuve avec une planche de bord aux matériaux raffinés, comme ces placages façon laque piano décorés d'inserts métalliques.

Pour poser le décor, il convient de citer plusieurs évolutions technologiques majeures. A commencer par une baisse poids qui peut

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant