La volonté de Sarkozy n'est pas entamée

le
0
Le chef de l'État a assuré lundi que la réforme des retraites serait «mise en œuvre».

À l'heure de la radicalisation du conflit et à la veille d'une nouvelle journée d'action contre la réforme des retraites, l'Élysée continuait lundi d'afficher sa fermeté. Une certaine mesure s'est imposée dans les commentaires, et l'on souligne à l'Élysée que «Sarkozy n'est pas Thatcher» en réponse à la comparaison faite par le leader du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Témoin ce choix fait, dans le courant de la journée, de ne pas mettre sous pression le Sénat. Gérard Larcher, le président de la Haute Assemblée, avait validé la date du mercredi 20 octobre pour l'adoption du projet de loi sur les retraites, avant de reporter d'un, voire de plusieurs jours le moment du vote (lire ci-dessous). «Nous avons choisi de laisser la démocratie parlementaire suivre le rythme qu'elle juge bon », confie-t-on à l'Élysée. Autrement dit, il n'est pas question de se faire accuser de «déni de démocratie ».

L'Élysée accepte donc de courir le risque d'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant