La volatilité des marchés classée risque numéro un en 2014

le
0

(NEWSManagers.com) - Après une année de progression des marchés sans précédent depuis le début de la crise financière, les plus grands détenteurs d'actifs semblent partagés entre les prévisions de retour à une croissance modérée de l'économie mondiale en 2014 ? qui pèsent en faveur du maintien d'un biais risqué au sein des allocations de portefeuilles ? et la nécessité de protéger l'actif des possibles turbulences liées à la mise en oeuvre du tapering. C'est en tout cas l'un des enseignements de la 9ème enquête menée en novembre dernier par le cabinet de conseil bfinance auprès de fonds de pension, de compagnies d'assurance et de family offices originaires d'Europe et d'Amérique du Nord représentant un encours global de 275 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Les investisseurs institutionnels classent la volatilité au premier rang des risques pour l'année à venir, devant le risque de liquidité / contraction du crédit. En comparaison avec l'année dernière, les investisseurs institutionnels semblent mieux préparés à gérer ces risques. La proportion d'investisseurs disposant d'un plan d'actions pour contrer les éventuelles négatives du tapering a presque doublé pour atteindre 40 %.

La tendance à six mois et trois ans reste à la diversification du portefeuille en direction de la dette émergente et des actifs réels tels que l'immobilier et les infrastructures. Par ailleurs, les investisseurs se désintéressent de la classe d'actifs crédit, du moins à court-terme, alors qu'ils envisageraient à nouveau de relever leur exposition aux obligations souveraines sur un horizon plus long.

Les solutions de gestion sur indices optimisés (smart beta) et les stratégies de performance absolue, telles que les stratégies de croissance diversifiée (diversified growth) et de parité des risques (risk parity) continuent de gagner la confiance des investisseurs pour gérer la volatilité. D'ici douze mois, 59% des investisseurs auront investi dans ces catégories d'indices alternatifs, contre 47 % actuellement.

Les opinions sont partagées sur l'évolution des taux d'intérêt. Plus de la moitié des répondants n'anticipent aucune augmentation des taux d'intérêt avant 2015 (à supposer qu'il y en ait une). Dans l'ensemble, trois répondants sur quatre comptent tirer parti de la volatilité du marché obligataire qui pourrait découler du tapering.

L'enquête montre donc une forte volonté des investisseurs institutionnels de contrôler les impacts d'une éventuelle hausse des taux d'intérêt et du niveau de volatilité. Les répondants sont toutefois partagés sur la stratégie à suivre, une moitié prévoyant de maintenir inchangée l'exposition à l'obligataire traditionnel et l'autre moitié privilégiant une réallocation en direction d'autres classes d'actifs durant le processus de normalisation monétaire de la Réserve Fédérale. " Si durant la crise financière la stratégie de diversification avait perdu son efficacité pour réduire le niveau de risque en portefeuille, la baisse continue des corrélations entre les différentes classes d'actifs ces deux dernières années apporte aujourd'hui un regain d'intérêt à cette approche " , estime Emmanuel Léchère, responsable du Market Intelligence Group de bfinance.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant