La volatilité des changes contraint Philips à la prudence

le
0
PHILIPS FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU 4E TRIMESTRE
PHILIPS FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU 4E TRIMESTRE

par Sara Webb

AMSTERDAM (Reuters) - Philips a publié mardi un résultat d'exploitation supérieur aux attentes au titre du quatrième trimestre mais a averti que 2014 serait une année difficile, au vu de la volatilité des taux de change et de la faiblesse de ses commandes à la fin 2013.

L'action, initialement en baisse de plus de 2% à la Bourse d'Amsterdam, cède encore 1,51% à 26,075 euros à 11h15.

Le groupe néerlandais d'éclairage, de matériels médicaux et d'électroménager a fait état d'un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (Ebita) de 884 millions d'euros, à comparer à une perte de 50 millions d'euros un an plus tôt.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 839 millions.

Philips a également renoué avec le bénéfice au niveau du résultat net, avec un profit de 412 millions d'euros contre une perte de 420 millions, et son chiffre d'affaires à périmètre comparable a augmenté de 7% à 6,8 milliards d'euros, en-deçà toutefois du consensus qui était à 6,844 milliards.

Longtemps réputé pour ses produits audio et vidéo, le groupe néerlandais a été mis à mal par la concurrence asiatique à bas prix et a depuis lancé une vaste restructuration pour se recentrer sur des marchés à forte croissance comme les équipements médicaux et l'éclairage à faible consommation.

Il s'est parallèlement développé dans des pays comme la Chine, l'Inde ou la Russie, réalisant désormais plus du tiers de son chiffre d'affaires dans les économies émergentes.

"Ce qui m'inquiète, ce sont les fluctuations des taux de change, par exemple du peso argentin ou de la roupie indonésienne, et l'agitation dans certains pays comme la Turquie", a déclaré le directeur général Frans van Houten dans une interview à Reuters Insider.

"Ce sont bien sûr des choses avec lesquelles il faut faire. Je suis prudemment optimiste pour le développement économique à long terme mais le fait est qu'à court terme on affronte en effet des vents contraires."

Pour Robin van den Broek, analyste chez ING, "les perspectives communiquées par Philips ne laissent pas entrevoir un fort redressement des marges en 2014".

La division Santé, la plus importante des trois activités du groupe, a vu ses commandes diminuer de 1% au quatrième trimestre, une contre-performance imputée par Philips aux incertitudes sur la réforme du système de santé aux Etats-Unis et aux mesures d'austérité budgétaire en Europe.

Wilfrid Exbrayat et Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant