La voix de sa victime n'a pas ému Manuel Da Cruz 

le
0
L'enregistrement de l'appel de Marie-Christine Hodeau laisse son bourreau de marbre.

«Au secours, on est en train de m'enlever! Je suis dans le coffre d'une voiture!» Un silence glacial s'est emparé des assises d'Évry vendredi, au troisième jour du procès de Manuel da Cruz, accusé d'avoir tué Marie-Christine Hodeau en 2009, lorsque la cour a diffusé l'appel à l'aide de l'assistante maternelle aux gendarmes. La voix de la joggeuse est affolée, mais lucide: «Je suis dans une voiture immatriculée 375 LKM 75. On m'a enlevée dans les bois. Un monsieur avec un grand couteau. On roule, je ne sais pas où on va!» L'opératrice lui passe alors la brigade de Milly-la-Forêt. Absurdité de la situation, on entend pendant plusieurs secondes une musique d'attente. Puis un gendarme décroche: «Bonjour Madame». Marie-Christine Hodeau lui répète alors, la voix plus paniquée et entrecoupée de sanglots, ce qu'elle a déjà expliqué auparavant. On attend du bruit, la voiture s'arrête. Un cri. La communication s'interrompt brutalement. En tout, elle n'aura duré que

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant