La voiture, en passe de devenir un objet banal et partagé

le
0
Minerva Studio/shutterstock.com
Minerva Studio/shutterstock.com

(AFP) - Considérée hier comme un objet de prestige en Europe, la voiture a perdu de son lustre et pourrait devenir d'ici dix ans un moyen de transport comme les autres, qui se loue ou s'emprunte au gré des besoins.

C'est ce qui ressort de l'étude annuelle de l'Observatoire Cetelem publiée jeudi. Elle a été réalisée en interrogeant au cours du mois de septembre 4.830 personnes en France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Allemagne, Portugal, Belgique et Turquie.

"Il y a 20 ans, l'automobile était un objet de réussite sociale", commente le responsable de l'Observatoire, Flavien Neuvy, dans un entretien à l'AFP. Les notions les plus souvent citées par les personnes interrogées et associées à la voiture sont ensuite le luxe, la liberté, le plaisir et le gain de temps.

Si l'auto reste considérée aujourd'hui comme un facteur d'autonomie et de gain de temps pour environ la moitié des sondés, leur regard est devenu beaucoup plus prosaïque. 45% d'entre eux la voit comme une source de dépense, de pollution et "un moyen de déplacement parmi d'autres".

"Avec la crise, la baisse du pouvoir d'achat et des dépenses d'entretien en hausse, impossible de penser son véhicule sans les coûts qui y sont liés", décrypte M. Neuvy.

Cette perception va encore évoluer dans les années à venir. "Les cinq notions les plus associées à l'automobile dans dix ans révèlent une perception brouillée du produit automobile", indique l'étude. Si les personnes interrogées pensent que la voiture sera une source d'innovation, les autres notions les plus souvent citées sont "un moyen de déplacement parmi d'autres", "les coûts/la cherté", "la pollution" et même "un bien obsolète".

"La voiture est un objet en voie de banalisation mais les Européens restent optimistes sur son avenir", résume M. Neuvy. Trois quarts d'entre eux pensent en effet qu'elle gardera une place aussi importante qu'aujourd'hui dans le paysage européen. A titre d'exemple, plus des deux-tiers des déplacements quotidiens dans l'Hexagone sont réalisés en voiture.

Mais son usage devrait profondément évoluer. L'automobile perdant de son aura, les automobilistes semblent de plus en plus enclins à la partager. Pour la moitié des gens interrogés, il s'agira avant tout d'"un objet que l'on possède à plusieurs" ou encore d'"un service, c'est-à-dire un bien que l'on utilise et que l'on paie quand on en a besoin" sur le modèle de l'auto-partage. Certains pays restent pourtant plus réticents à l'idée du partage, comme l'Espagne ou le Royaume-Uni.

Posséder une voiture deviendra-t-il ringard ?

Un cinquième des personnes sondées a ainsi déjà goûté au covoiturage. Seuls l'Italie et le Royaume-Uni enregistrent des taux plus faibles. "Les jeunes représentent une part non négligeable du public pratiquant le covoiturage", souligne l'Observatoire Cetelem.

73% des Européens pensent que ce système va continuer à se développer à l'avenir. Un pourcentage équivalent table sur un essor de l'auto-partage. La location longue durée ou la location avec option d'achat apparaissent aussi comme des alternatives crédibles à l'achat d'un véhicule.

Un quart des Européens envisagent même de ne jamais posséder de voiture de leur vie. Les Britanniques (30%) et les Belges (28%) sont les plus ouverts à cette idée, contrairement aux Français (14%). Dans l'ensemble, les femmes y sont moins ouvertes que les hommes. "En France, 18% des ménages n'ont déjà pas de voiture aujourd'hui", tempère M. Neuvy.

Les modèles devraient aussi être de plus en plus "propres", selon l'étude. "Près de 60% des Européens pensent que la voiture est la cause principale de pollution", malgré les progrès réalisés en la matière, souligne M. Neuvy. Si une grande part (30%) des consommateurs interrogés ne savent pas de quel type de moteur sera doté leur prochaine voiture, 25% d'entre eux penchent pour l'hybride, devant le diesel (13%), l'essence (11%) et l'électrique (7%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant