La violence marseillaise s'invite aux Baumettes

le
1
Les faits divers à l'extérieur des prisons, comme le drame de Marignane, ont une grande résonance à l'intérieur de leurs murs, où se prolongent souvent les guerres entre clans des cités.

«Quand quelqu'un se fait tuer à l'extérieur dans un règlement de comptes, ou quand il y a un drame comme celui de Marignane, ça fait beaucoup parler aux Baumettes. Tout le monde connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui sait quelque chose. Les détenus en parlent pour tuer le temps, et chaque fait divers est commenté comme un match de football.» Gérard Migliorini, représentant du syndicat pénitentiaire SNP-FO dans l'établissement, a l'habitude de décrypter l'accueil par les détenus des nouvelles qui, au dehors, déclenchent le débat, suscitent l'indignation, provoquent des visites ministérielles chargées d'inquiétude. La vie extérieure s'invite dans la détention «sans en changer les conditions... Mais en ajoutant quelque chose de malsain, notamment pour les plus jeunes dét...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jcan13 le mercredi 28 aout 2013 à 16:09

    Il n'y a qu'à interdire telephone tv journaux.Mater les plus violents