La violence islamiste "péché grave contre Dieu", dit le pape

le
1

* Le pape rencontre des réfugiés d'Irak et de Syrie * François remercie la Turquie d'accueillir autant de réfugiés * Au 3e jour de sa visite, service religieux avec Bartholomée (actualisé avec rencontre des réfugiés) par Philip Pullella et Nick Tattersall ISTANBUL, 30 novembre (Reuters) - Le pape François a estimé dimanche que les islamistes commettaient "un très grave péché contre Dieu" en Syrie et en Irak au troisième et dernier jour de son voyage en Turquie. Lors d'un service religieux avec le Patriarche oecuménique Bartholomée, primat de l'Église orthodoxe de Constantinople, le chef de l'Eglise catholique a appelé au dialogue entre les religions et à la lutte contre la pauvreté pour mettre fin aux violences en Syrie et en Irak où l'Etat islamique (EI) a déclaré un "califat". La Turquie accueille près de deux millions de réfugiés en provenance de Syrie, parmi lesquels figurent plusieurs milliers de chrétiens. Lors du service religieux qui se tenait au Patriarcat oecuménique à Istanbul, siège officiel du patriarche orthodoxe, François a estimé que les fidèles de toutes confessions ne pouvaient rester indifférents aux larmes des victimes dans la guerre "inhumaine et brutale" en cours aux portes de la Turquie. "Enlever la paix à un peuple, commettre des actes de violence, ou consentir à de tels actes, spécialement quand ils sont dirigés contre les plus faibles et ceux qui sont sans défense, est un péché très grave contre Dieu", a déclaré François durant le service. Il a également condamné l'attentat de vendredi contre la mosquée centrale de Kano dans le nord du Nigeria qui a fait 100 morts et 135 blessés. ID:nL6N0TJ0GM Ensuite, le souverain pontife a rencontré une centaine de jeunes réfugiés, essentiellement d'Irak et de Syrie, parmi lesquels se trouvaient aussi bien des musulmans que des chrétiens. Il a remercié la Turquie d'avoir hébergé autant de civils déplacés par les combats dans leurs pays. Une fille du groupe de réfugiés a parlé au pape du calvaire des chrétiens qui ont été amenés à fuir l'Irak. "Les conditions dégradantes dans lesquelles tant de réfugiés sont contraints de vivre sont intolérables", a estimé François. "LES HORREURS DE LA GUERRE" C'est la troisième fois en trois jours que le pape fait référence aux djihadistes de l'Etat islamique, qui ont tué, ou ont chassé d'Irak et de Syrie les musulmans chiites, les chrétiens et d'autres communautés qui ne partagent pas leur vision ultra-radicale de l'islam. Mettre fin à la pauvreté est très important, a ajouté le souverain pontife, dans mesure où elle fait le lit du "recrutement de terroristes". Et, tout en estimant la communauté internationale fondée en droit à faire usage de la force pour arrêter un "agresseur injuste", le pape a dit souhaiter la mise en place d'une solution durable. "Musulmans et chrétiens sont appelés à travailler ensemble pour le bien de la justice, de la paix et du respect de la dignité et des droits de toute personne, et notamment dans les régions où ils ont vécu en coexistence pacifique pendant des siècles et souffrent maintenant tragiquement ensemble des horreurs de la guerre", ont déclaré François et Bartholomée dans un communiqué conjoint publié pendant le service. Samedi, le pape a prié en silence aux côtés du Grand mufti à la Mosquée bleue d'Istanbul, témoignant de son souhait de dialogue entre les religions. ID:nL6N0TJ0EP Vendredi, au premier jour de sa visite, il s'en était pris à la "violence barbare" de l'Etat islamique en Syrie et en Irak. ID:nL6N0TI375 (Danielle Rouquié et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le dimanche 30 nov 2014 à 22:30

    bravo