La violence diminue en France, pas pour certaines professions

le
1

PARIS (Reuters) - La violence a diminué en France en 2010, mais les agressions contre certains professionnels comme les gendarmes ou les médecins ont en revanche augmenté, rapporte mardi l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Seules 1,3% des personnes interrogées par l'observatoire disent avoir subi des violences physiques en 2010, un taux "significativement plus faible" que celui des années précédentes.

L'organisme relève cependant une hausse de près de 20% des agressions physiques contre des membres de la gendarmerie nationale entre 2009 et 2010 et une augmentation de 79,7% des "incidents" déclarés par des médecins, notamment généralistes.

Il souligne en outre une hausse de 7,3% des signalements émis par les hôpitaux. Seule profession où les agressions reculent, la police nationale, avec une baisse de 1,2% des atteintes aux biens et aux personnels, la première depuis 2006.

"Il y a (...) des éléments de dégradation relativement sensibles sur tout ce qui est représentatif d'une forme d'autorité même quand elle ne procède pas à des contrôles d'identité", a déclaré le président de l'ONDRP, Alain Bauer.

Mais ces chiffres sont à manier avec précaution, a-t-il nuancé sur France Info.

Cette étude, intitulée "cadre de vie et sécurité", est la cinquième enquête annuelle menée par l'ONDRP et l'Insee. Près de 17.000 personnes ont été interrogées en France métropolitaine entre janvier et avril.

Si l'enquête relève une baisse des coups et blessures, elle note une augmentation de 0,2 point des vols et tentatives de vols avec violences ou menaces entre 2008 et 2010, avec une "hausse très significative" chez les femmes.

Les violences physiques et sexuelles restent stables par rapport aux enquêtes précédentes. "La tendance à la hausse observée entre 2007/2008 et 2008/2009 pour les femmes se déclarant victimes de violences sexuelles hors ménage ne se confirme pas en 2009/2010", note le rapport, qui souligne une tendance similaire pour les violences intra-ménage.

Le rapport note par ailleurs que la proportion de personnes se sentant en insécurité à leur domicile ou dans leur quartier ou leur village a globalement stagné.

Mais après avoir baissé "très significativement" entre 2007 et 2009, le nombre de Français citant la délinquance comme le problème le plus préoccupant dans la société a connu deux hausses successives de trois points, atteignant un niveau supérieur à celui mesuré dans les quatre enquêtes précédentes.

Chine Labbé, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hivaoa le mardi 22 nov 2011 à 15:38

    il y a bien longtemps que les gens ne portent plus plainte, entre autres à cause des représailles... alors les statistiques déjà truquées par l'INSEE et autres organismes d'état sont d'une grande fiabilité ! tout le monde (je parle du peuple) connait la vérité sur les chiffres sauf les politiciens et les journalistes semble-t-il.