La violence des combats électoraux éloigne l'Albanie de l'UE

le
0
Les municipales de dimanche ajoutent à la confusion des législatives de 2009.

L'Albanie, où se tenaient dimanche des élections municipales, est entrée dans une passe difficile. Depuis la chute du régime communiste, au début des années 1990, tous les scrutins ont été perturbés par des incidents, des morts, et les résultats, toujours contestés, ont souvent davantage approfondi les querelles politiques qu'ils ne les ont apaisées. Ce fut le cas aux dernières législatives de juin 2009, qui ont ouvert une grave crise entre le Parti démocratique de Sali Berisha, depuis lors au pouvoir, et le Parti socialiste, dirigé par Edi Rama, qui brigue aujourd'hui un quatrième mandat à la mairie de Tirana.

Selon les chiffres officiels, plus d'une soixantaine d'incidents ont émaillé cette campagne municipale. Plusieurs candidats ont été agressés et blessés, leurs voitures ou maisons visées par des explosions. «L'Albanie ne peut se permettre de rater la possibilité qui lui est offerte de démontrer sa capacité à mener des élections libres», a averti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant