La villa rayée fait hurler les beaux quartiers de Londres

le
0

Pour protester contre une autorisation de travaux qui lui est refusée, la propriétaire d’une villa londonienne à 20 millions d’euros l’a faite repeindre façon sucre d’orge. Au désespoir des voisins de ce quartier huppé.

Une «vulgarité monstrueuse», une «incroyable horreur», «une attraction à touristes dont nous nous passerions très bien»: voici quelques-uns des qualificatifs qu’évoquent les voisins lorsqu’on leur parle de cette étrange villa à rayures flashy. Il est vrai que dans le très chic quartier londonien de Kensington où ce genre de propriété se négocie autour de 20 millions d’euros, cette déco tape-à-l’œil est très mal vue. «A Camden (un quartier alternatif NdlR), ce serait parfait car il y a beaucoup d’endroits comme cela mais ça ne cadre pas à Kensington et Chelsea», résume une habitante interrogée par le quotidien Evening Standard.

En fait, cette provocation picturale serait une réponse acide de la propriétaire des lieux face au refus des autorités de lui accorder un permis de travaux. Promoteur immobilier de profession, elle souhaite faire raser les lieux pour créer un bâtiment de 5 étages avec 2 à 3 niveaux de sous-sol. Un projet très mal accueilli par le voisinage qui craint pour les nuisances et les risques d’affaissement. Alors que le dossier semblait s’enliser, la maitresse des lieux a donc choisi de faire repeindre la maison en représailles.

Rayure inachevée derrière le réverbère

Si quelques voisins estiment que tout cela tient de la farce, la plupart n’apprécient pas vraiment la blague. Et surtout, ce qui semble heurter le bon goût britannique très attaché aux belles rayures, c’est cette bande rouge inachevée derrière le réverbère. «J’ai bien envie d’y grimper pour la finir moi-même», confie même une voisine. Malgré de nombreuses plaintes reçu dans le quartier, les autorités locales soulignent que ce genre de travaux de peinture ne nécessitent pas d’autorisation administrative. Le quartier devra donc s’accomoder de ce rouge et de ce blanc.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant