La vieille garde suédoise

le
0
La vieille garde suédoise
La vieille garde suédoise

Pour espérer s'extirper d'un groupe extrêmement relevé, la Suède va devoir se surpasser. Derrière l'omnipotent Ibrahimović, la sélection d'Erik Hamrén s'appuie sur quatre cadres chevronnés qui aimeraient signer leur plus belle danse avant de se retirer de la scène.

Andreas Isaksson, le rempart insubmersible

"Je pense que j'ai eu une belle carrière jusqu'à présent, et ce n'est pas encore fini !" Quatorze ans que cela dure. Depuis qu'il a revêtu la tunique suédoise pour la première fois en mars 2002, Andreas Isaksson ne cesse de regarder l'horizon du haut de son mètre quatre-vingt-dix-neuf. Joueur le plus capé dans les rangs scandinaves devant Ibrahimović et Källström avec 131 apparitions au compteur, l'ancien portier de Rennes demeure l'une des pierres angulaires du sélectionneur Erik Hamrén. "Depuis que je suis là (2009, ndlr), il a toujours évolué à un très haut niveau, assurait l'ex-coach de Rosenborg en mars dernier. Il apporte de la stabilité, c'est un très bon gardien." Il faut dire que le longiligne gardien constitue presque à lui tout seul un morceau d'histoire. Avec six championnats fréquentés (Suède, Italie, France, Angleterre, Pays-Bas et Turquie), deux participations à la Coupe du monde et désormais quatre à l'Euro, le vieux briscard de trente-quatre piges n'en finit plus d'étirer un parcours où il n'a pas toujours été un titulaire indiscutable en club. La preuve, une fois de plus, cette saison avec son club turc de Kasımpaşa qu'il a rejoint en 2012. "Il a connu une saison un peu compliquée parce que le coach a changé la hiérarchie des gardiens. Il a fait tourner et fait jouer les trois. Isaksson avait commencé, mais l'entraîneur n'a pas tenu compte de son expérience ni de son CV ", confie son coéquipier Olivier Veigneau, avant de rappeler ses qualités : "C'est un leader naturel par son charisme. Puis il a une carrure impressionnante, même s'il est fin (77 kilos). Il est grand, mais n'est pas lourd comme peuvent l'être Neuer ou Courtois. Il n'est pas tout jeune, mais garde une certaine vivacité et ne met pas beaucoup de temps à se mettre au sol." Pour celui qui a porté brièvement les maillots de la Juve, de City ou encore du PSV, l'Euro 2016 est une vraie bouffée d'air frais après un exercice frustrant. C'est aussi sa dernière possibilité de faire mieux qu'un quart de finale. Sa meilleure performance dans la compétition avec les Blagult.




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant