La Vieille Dame se tape un timide Palerme

le
0
La Vieille Dame se tape un timide Palerme
La Vieille Dame se tape un timide Palerme

Dans une rencontre riche en coups bas, la Juve est allée chercher les trois points en Sicile, face à des Palermitains clairement impuissants.

Palerme 0-1 Juventus

Buts : Goldaniga (csc, 49e) pour la Juve

De tous les adversaires que la Juventus a l'habitude de maltraiter depuis bientôt six ans, Palerme demeure sa victime préférée. La dernière fois que les Siciliens ont pris des points face aux Turinois, c'était en 2011, époque Pastore, Miccoli et Sirigu. Par la suite, Bianconeri et Rosanero se sont affrontés huit fois. Pour huit victoires de la Vieille Dame, avec dix-sept buts marqués et zéro encaissé. C'est mathématique : s'il n'y a jamais deux sans trois, il n'y a logiquement jamais huit sans neuf. Cette fois-ci, la victoire n'a pas été flamboyante ni même facile, mais elle permet au leader de s'assoir davantage sur un trône qu'il a fraichement repris.

Shine bright like a Diamanti


Seuls trois changements sont réalisés par Max Allegri par rapport à l'équipe victorieuse mercredi soir face à Cagliari. Notamment Mario Mandžukić, qui fait son retour dans le 11 de la Juve. Les Palermitains rendent l'entame de match très tendue, en se montrant durs sur chaque duel. Ça se chauffe et se frotte front contre front avant que monsieur Valeri ne vienne mettre de l'ordre en distribuant trois cartons jaunes lors des neuf premières minutes. Entre deux béquilles et semelles sur les chevilles, les Bianconeri se mettent à jouer au foot. Mario Lemina, l'ancien Marseillais titulaire pour la seconde fois de la semaine, se crée la première grosse opportunité mais bute sur Posavec, après un intelligent décalage de Higuain.

Mis à part cette action, la Juve a du mal à développer du jeu et trouver ses attaquants. Si bien que Dani Alvès et Pjanić sont obligés de multiplier les longues transversales pour chercher leur duo d'avants centre, qui trime pour mettre en danger le jeune gardien palermitain. En revanche, derrière, le bloc de la Juve n'a aucun mal à repousser les maigres assauts de Palerme. Hormis quelques belles inspirations d'Alessandro Diamanti, rien n'inquiète la défense du champion en titre. À vrai dire, Paulo Valeri s'impose comme l'homme de cette première mi-temps avec 6 cartons sortis et une petite quinzaine de fautes sifflées.

Goldaniga in…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant