La vie sans Farès

le
0

C'est désormais officiel, Farès Bahlouli, milieu de terrain de 20 ans formé à l'Olympique lyonnais, s'est engagé avec l'AS Monaco jusqu'en 2020. Jean-Michel Aulas récupère certes un beau pactole (3,5 millions d'euros et un pourcentage intéressant sur le prochain transfert), mais perd un joueur des plus talentueux.

Tout au long de la saison 2014-2015, adversaires, experts et spectateurs ont tous pu saluer le travail de l'équipe de l'Olympique lyonnais qui, malgré sa moyenne d'âge assez jeune due au nombre significatif de joueurs issus du centre de formation dans le onze de départ, a réussi à terminer à une place où on ne l'attendait pas. Les artisans de cette belle saison, tout le monde les connaît désormais. Ils portent les noms de Lacazette, Fekir, Gonalons ou encore Umtiti et ont prouvé une fois de plus qu'en matière de formation, la capitale des Gaules n'a rien à envier à personne. Seulement, dans l'ombre de ceux qui ont réalisé une saison pleine demeurent ceux qui n'ont pas trouvé leur place dans cette jeune équipe et qui, lassé du banc de touche, n'ont aujourd'hui que deux solutions : espérer encore ou partir. Farès Bahlouli a lui décidé de partir glaner des minutes de jeu du côté de Monaco. Et vu le talent qu'il a dans les pieds, personne ne peut vraiment lui en vouloir.

Monaco et l'art Martial


Quatre maigres apparitions en Ligue 1 la saison passée, une titularisation en Ligue Europa contre l'Astra... C'est peu dire que le bilan de Farès Bahlouli à Lyon est maigre. Famélique, même. Et malgré tout, l'AS Monaco n'a pas hésité à mettre la main à la poche pour s'attacher ses services. 3,5 millions pour un joueur plus habitué à la CFA qu'à la Ligue 1, voilà qui aurait de quoi surprendre partout ailleurs que dans la principauté. Car sur le Rocher, cela fait déjà un moment qu'on n'hésite plus à sortir le chéquier pour des jeunes talents sous exploités à forte valeur ajoutée. Les exemples sont légion, mais s'il y a bien un transfert auquel fait immédiatement penser celui de Farès Bahlouli, c'est évidemment celui d'Anthony Martial, en juin 2013. Assez peu utilisés dans le onze lyonnais lors de la saison 2012-2013 (4 apparitions avec l'équipe première, ndlr), le jeune attaquant au talent certain avait quitté Lyon contre cinq millions d'euros. Et c'est peu dire que le pari a été payant du côté de Monaco, où il a déjà joué 63 matchs et inscrit 14 buts, prenant toujours plus de poids au sein de l'attaque rouge et blanc.

Alors le transfert de Farès – conclu le jour de la saint Martial – n'a vraiment rien d'une surprise, et son montant non plus. Dans une proportion moindre, le cas du jeune Lyonnais peut même être comparé avec celui de Bernardo Silva. Le Portugais, délaissé dans son club du Benfica Lisbonne,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant