La vie sans Di-Antalvic

le
0
Huit millions de personnes prenaient les antalgiques à base de dextropropoxyphène qui ont été retirés ce mardi du marché.

Adieu au Di-Antalvic, au Propofan et à leurs génériques. Les médicaments contenant du dextropropoxyphène, dont certains étaient commercialisés depuis plus de quarante ans, ne sont plus en vente depuis ce mardi. Les pharmacies sont priées de renvoyer leurs éventuels stocks d'ici au 1er avril à leur grossiste, et, à terme, les boîtes restantes devront être détruites par les fabricants. Pour les 8 millions de consommateurs réguliers de ces antalgiques dans notre pays, c'est éventuellement un casse-tête, mais pas une surprise. Leur retrait avait été annoncé dès juin 2009.

L'Agence européenne du médicament avait principalement fondé sa décision sur le risque de surdosages mortels, volontaires ou accidentels, surtout constatés en Angleterre et en Suède. Au grand dam des autorités sanitaires françaises, peu confrontées aux mésusages et aux intoxications. Dans les pays d'Europe, le retrait de ces spécialités doit intervenir au plus tard en septembre 2011. L

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant