La vie de Zak

le
0
La vie de Zak
La vie de Zak

C'est l'histoire d'un cadeau d'anniversaire qui a provoqué le délire émotionnel d'un gosse. Il y a une semaine, à la veille d'un Ukraine-Irlande du Nord prévu à Lyon, un père de famille nord-irlandais offrait des places à son fils pour la rencontre. La vidéo de sa réaction a cassé les cœurs, dont celui du buteur de la sélection, Kyle Lafferty.

D'un côté, il y a le terrain. Un pays qualifié pour le premier championnat d'Europe de son histoire, sorti en tête de son groupe de qualifications devant la Roumanie et la Hongrie, historiquement divisé mais plus que jamais uni. Depuis son arrivée en France, l'Irlande du Nord impressionne. Elle fascine aussi par la folie de son peuple et ses résultats probants. Mardi soir, contre l'Allemagne, les hommes de Michael O'Neill tenteront de gratter une place en huitièmes après une victoire surprenante contre l'Ukraine (2-0) jeudi dernier. L'histoire à portée de main, donc. Sur l'autre face, il y a les images. Celles de la Green and White Army, des chants pour Will Grigg, du vieux Niall McGinn qui craque au cœur du Parc OL, de ce supporter qui a perdu son portable pour célébrer le but, de Sweet Caroline, de la fan zone de Belfast. Et surtout l'histoire d'un père, Richard, et des larmes de son fils Zak qui ont fait craquer l'Irlande du Nord. Jusque dans les veines du buteur Kyle Lafferty.

Youtube

"Un enfer de garder aussi longtemps le secret"


La vidéo ne dure qu'une cinquantaine de secondes, mais a été immédiatement publiée sur la page Facebook des supporters nord-irlandais, GAWA Caravan in France 2016. La scène, elle, date du 15 juin dernier, veille de l'Ukraine-Irlande du Nord prévu à Lyon. On y voit Zak McGall, dix ans, originaire de Ballymena, exploser en larmes alors que son père vient de lui offrir des places pour la rencontre. "J'avais prévu de lui faire cette surprise depuis plusieurs mois. Mon objectif était de lui offrir pour son anniversaire, donc je m'y suis pris dès l'ouverture de la vente des billets en janvier. En attendant d'avoir la confirmation, j'avais peur d'être obligé de l'emmener simplement à la fan zone de Lyon. Et on a eu la validation en février. Sincèrement, ça a été un enfer de garder aussi longtemps le secret", explique Richard, père et entraîneur de l'équipe de Zak où le gamin joue ailier gauche. Richard : "Le foot est une grosse partie de nos vies. Moi, je jouais gardien de but, mais lui a préféré le terrain !"…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com