La vidéoprotection s'impose en 2013

le
0
À la veille des élections municipales, le marasme sécuritaire qui, de cambriolages en agressions à la chaîne, incite les élus de tous bords à hâter les projets d'installations vidéo dans leurs communes.

La vidéoprotection a de l'avenir en France. Avec déjà plus de 700.000 caméras déclarées, dont plus de 40.000 réellement installées sur la voie publique et 60.000 à brève échéance. Une évidence? Loin de là. On se souvient des sarcasmes qui ont accueilli à gauche les plans de vidéosurveillance de villes pionnières comme le fief des Balkany à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans les années 1980. À l'époque, caméra de rue signifiait Big Brother.

Les bouffées de délinquance ont fini par saper les résistances les plus vives. Comme aujourd'hui le marasme sécuritaire qui, de cambriolages en agressions à la chaîne, incite les élus de tous bords à hâter les projets d'installations vidéo dans leurs communes. Surtout à la veille des élections municipales...

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant